Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

erotisme - Page 3

  • scintillement

    tes yeux scintillent lorsqu'on s'embrasse,
    et aussi, mon âme scintille de tes feux, de ton éclat
    nos langues se lèchent, et se pourlèchent…
    deux petits serpents roses, qui s'entortillent
    deux petites langues humides et chaudes.
    mes yeux scintillent lorsque tu m'embrasses
    et aussi, mon âme scintille de tes jeux, de ton éclat
    nos corps se lèchent, et s'emmellent…
    mon serpent rose, humide de toi, chaud de toi
    qui se tortille et glisse dans ta bouche affamée
    mes yeux scintillent quand tu l'embrase.
    envieux de ton corps, envieux de ton désir,
    moi, affamé de la femme que tu est.

  • velouté

    je ne lui dis rien, je rêve seulement
    de ses yeux clairs et lumineux,
    porté par son regard acérés
    je voyage sur le velouté de sa peau.
    Autour d'elle, comme le vent,
    qui secoue les branches des arbres
    comme des elfes allumant feux follets,
    des herbes folles, couchés par un souffle.
    A son insu, je suis emporté… bringueballé
    sans ménagement, bousculé
    par la tendresse de son visage.
    Mes yeux ne voient que sa bouche.
    magnétique, qui m'aimante et m'attise
    je ne lui demande rien, ce rêve seul
    du gout de ses baisers, d'une étreinte,
    et de sa langue de soie chaude
    rêvasser de m'y prélasser.

  • I want candy

    Sortir ton carnet de poésie,
    l'offrir aux vents, l'offrir à la pluie et au soleil
    écrire des mots pour chasser le noir.
    Pour faire la traque au désespoir
    sortir ton carnet de poésie,
    l'orner de mots de pois de senteur, de lys.
    Calligraphier les prairies, les montagnes
    les océans, et le monde avant l'homme…
    Sortir ton carnet de poésie
    et se souvenir que la vie peut être
    friandise et sucre candy.

  • nos miels

    ses levres s'entrouvent, elle d'or,
    un filet de salive perlé
    ou un reflet de lune brille à sa bouche…
    son souffle nuage le silence dans la nuit…
    ses yeux clos étincellent la pénombre.
    Son corps incendiaire sur le plaid rivage,
    elle d'or… silhouette, ombre impériale
    à moi, ses doux rêves sans complexes,
    où convergent nos élans, nos corps à corps.
    Moi veut de son con fusion, désire con prise
    l'éveiller, lui offrir voyage éventail,
    ma bouche à son con plisse, au fond de ses replis
    ma salive emmiellée de sa crême savoureuse
    elle, élancée, alanguie, s'abandonne, son silence
    supplie d'aller plus loin, plus profond, plus fort
    la prendre sur la grêve, sans trêve, s'assembler
    mécano nos corps, arpège d'accord majeur
    index s'amuse de la fièvre de ta fève.
    à vif, vitale, l'envie de mon vit t'enveloppe,
    pleine de ma sève, m'invite au sérail.
    Nos reins se creusent, ondulent, dansent.
    nos dents, ta langue, nos lèvres se livrent
    con bat contre ma vie, fixe sexe à sexe
    flexible au garde à vous, il luit de tendresse
    s'étend dard, s'étale ta peau sous le vent.
    prise par les hanches, par les épaules,
    je te retourne, t'enfourne, t'enfourche.
    Fesses festives Fête de sens. essence.
    Naufrage mon âme, nous nous perdons.
    Bout seule d'érectionnel, tête-bêche nord ou sud
    le ciel de lit, toi, pôle air. ciel de nuit de taie.
    je tête sein, je croque fesses, je mordille
    bouche et épaules, froisse cheveux
    déchire linge et draps…
    je te veut encore plus nue, je te veut.
    Quand se mele l'ange de langue
    chavire et salive, souffle coupé et court
    mélopée de tes soupirs, chant de reine.
    sous le vent, au lit, le miel se mêle le lait.

  • cyprine

    Blanche goutte d'émoi
    coule de ta bouche…
    le goût de toi, de l'opale perle,
    gourmandise lappée,
    que mes papilles
    la journée durant, préserve.
    blanche goutte d'émoi,
    de moi a toi,
    léchée pour compte…

  • manque…

    j'ai longtemps cherché la réalité
    sur elle, je pensait n'avoir prise, méprise,
    nous nous branchions multiprise
    sur celle multiplex du sexe
    mais manquait multiforme
    moult douceur, moult baisers…

  • donc voici la reponse de Musset… et là vous avez trouvés ?

    Quand je mets à vos pieds un éternel hommage
    Voulez vous qu’un instant je change de visage ?
    Vous avez capturé les sentiments d’un cœur
    Que pour vous adorer forma le créateur.
    Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
    Couche sur le papier ce que je n’ose dire.
    Avec soin de mes vers lisez les premiers mots :
    Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

    Alfred de Musset



    Cette insigne faveur que votre cœur réclame
    Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.

    George Sand

  • Un classique, mais sans doute certains ne connaissait pas encore…

    Un poeme a lire entre les lignes*
    (lettre à A. De Musset)

    Je suis très émue de vous dire que j'ai
    bien compris l'autre soir que vous aviez
    toujours une envie folle de me faire
    danser. Je garde le souvenir de votre
    baiser et je voudrais bien que ce soit
    là une preuve que je puisse être aimée
    par vous. Je suis prête à vous montrer mon
    affection toute désintéressée et sans cal-
    cul, et si vous voulez me voir aussi
    vous dévoiler sans artifice mon âme
    toute nue, venez me faire une visite.
    Nous causerons en amis, franchement.
    Je vous prouverai que je suis la femme
    sincère, capable de vous offrir l'affection
    la plus profonde comme la plus étroite
    amitié, en un mot la meilleure preuve
    que vous puissiez rêver, puisque votre
    âme est libre. Pensez que la solitude où j'ha-
    bite est bien longue, bien dure et souvent
    difficile. Ainsi en y songeant j'ai l'âme
    grosse. Accourez donc vite et venez me la
    faire oublier par l'amour où je veux me
    mettre.

    Georges Sand



    *une ligne sur deux…

  • sourire…

    si je me laissait bercer par ton souffle,
    emporter par la lame de fond de mon âme,
    je pourrait te donner comme homme nait des anges,
    mon âme mise a nue. ma vie vise à l'amour et à
    la douce heure que tant chantent mes poemes.
    mes doigts te caresseraient, et ma langue
    s'insinuerait dans le palais de ton plaisir.
    me glisser au creux de toi, ne vouloir de toi
    que le froissement des draps,
    le velouté brasier de tes baisers
    et ne desirer que ton sourire…

  • ce qui ne sort pas de ma bouche…

    Ses lèvres sont de l'eau à ma bouche asséchée
    mais c'est elle qui s'y désaltère.
    Ses caresses, sont le ciel et les étoiles
    et elle devrait s'y envoler
    haut, tres haut, parmi les oiseaux.

    Et, mes baisers pansent ses plaies
    Et, mes caresses ont besoin d'ailes
    pour la soutenir sans mes mots.

  • fruit sauvage 2

    me frottant à ta peau, je m'ennivre son odeur douce et ma salive illumine ta rose raie
    ma langue voyage et navique en des embruns salins, satine et maline
    et ceuille des bouquets et des saveurs pêche, abricots et figues
    je rejoint ta moiteur tropicale, douce cascade d'orgeat et d'argent
    je me coule en toi et je reçoit tes baisers emielés et ton etreinte m'éreinte…
    tes reins se creusent, ondulent au gré de mes vagues
    je veut fondre me delayer et en toi me noyer
    je veut tes seins, je veut tes reins et le satin de ta bouche
    tes doigts sur mon penis, ta langue qui le salive
    tandis que ma tete part aux étoiles te ceuillir un bouquet de stelles
    ma bouche sur la tienne
    suce langue et boit salive
    soif de toi
    j'ai l'eau a la bouche de toi
    mes doigts sur toi parfois ondoient
    jouent des notes, des do, des mi,
    ma muse s'amuse et j'en use
    j'ose avec elle etendre mes ailes
    et m'etendre aupres d'elle

    à la délicieuse…

  • Allegria

    je trouve au milieu des femmes, au milieu des fleurs
    et à l'heur ou sonnent les bonheurs du jour,
    à mille lieue des infames et des rustres,
    les flammes qui sèchent larmes, et attisent l'âme

    S'acharne leurs charmes, l'amour, à mon âme désarçonnée,
    le désir mène mon âme sans chaînes, plein champs.
    L'allegresse au gré de leurs rires et de leur corps sages,
    seule la joie sans failles et sans limite…

  • envole moi de baisers

    Tels des sangsues alités, à l'inverse de nos pôles attractifs,
    ma bouche magnifiscent tes amantes lèvres,
    ta langue glissant sur mon vertical vertige
    nos chairs se cherchant, chattoyants, festoyants,
    et nos cœurs charmés battent la chamade…
    Comme en un songe, je fonds, mon bonbon
    se dissous sous des brasiers baisers.
    Ne cessant de sucer la limpide perle lappée,
    te débroussaillant sous ma saillie, soit sentes neuves
    soies sauvages, soit sauvage comme mon souffle
    sur ta jungle, tandis que coule et vie ton envie.
    je salive de ton nectar, ma bouche au plus profond
    déploie tes fastes et voyage en ton océan cible.
    mes doigts s'insinuent en de sinueuses vallées.
    en cherchant l'opale et l'elixir; j'y trouve éblouissement et oubli
    je me nourris de tes soupirs, je me noie de tes extases
    en apnée ; je m'immerge de ta source fraîche,
    ma langue serpente en un ruisseau d'ondes fécondes
    j'ondule en ondine dénudée, y dîne de saveurs,
    j'y jouis de senteurs jasmines et tiennes douceurs.
    ces mots d'âmes d'amant à ma dame, amante, qui me damne,
    délaisse l'aujourd'hui fadasse, pendant que je delace tes habits,
    prélasse toi dans ce lit. Je te délasse et t'enlace câlin
    enlise toi dans ce plaisir, que ces caresses jamais te lassent
    paresse avec moi, love-toi en ce temps volé, envole toi vers moi
    vole-moi autant de baisers que je t'en adresse.

    (un ancien poeme retrouvé…)

  • Paris des amants

    lis ce message, d’ange heureux,
    Paris en automne, n’est pas monotone
    et si tonne les rouges des feuilles tombantes,
    mouvent émouvantes les errantes âmes aimantes…
    Paris sur scène, dans des bouges, jamais taris,
    sur les quais de seine, lisses, et atones,
    d’aventureux amours se lient et se délient…
    en ces rues citadines, nectarines bouches
    se mentent, s’aimantent, en se cimentant
    d’avenir et de passés composés…
    mais trop polis, teint de bitume sans amertume
    a brune brume de paris, sous une bruine
    céleste, déserte de passants, sans interdits

    Paris d’automne venant, jette ses feuilles rousses,
    se prélasse la seine ; laissant des amants dans son lit,
    désarmant leurs charmantes secousses sismiques.
    Ta nuque jalouse ton sourire moqueur,
    des mains sans lendemains
    agrippent mon corps et griffent mon cœur,
    tes lèvres délivrent ma fièvre de cristal.
    Des cris s’installent, métal langue en splendeur à fleur
    deux lèvres, pétales de santal langue sur la mienne.
    Pendant que tangue eaux de seine, chaloupent en couples
    loups et louves le long du Louvre.

    (un ancien poeme retrouvé…)

  • embrassez-moi

    embrassez-moi…
    embrasez-moi
    qu'importe comment
    qu'importe pourquoi
    qu'importe où
    embrassez-moi…
    embrasez-moi

    je ne veux que vos lèvres
    que votre chaleur,
    je ne veux que vos lèvres
    et votre langueur
    je ne veux que vos lèvres
    sans votre raison

    embrassez-moi…
    embrasez-moi
    qu'importe comment
    qu'importe pourquoi
    qu'importe où
    embrassez-moi…
    embrasez-moi

    je ne veux que chaleur
    je ne veux que langueur
    je ne veux que déraison
    je m'offre…

  • forêt enchantée

    … une odeur fraîche d'humus, la pénombre d'un sous bois
    nous enveloppe, à nos oreilles les vibrations des ailes des insectes,
    au chant d'un coucou, et de tourterelles se mèle ton soupir.
    Envie de toi, de me blottir en toi, dans la hâte je soulève ta robe,
    mes doigts glissent dans ta culotte. Nos lèvres se cherchent
    s'éffleurent, se frolent nos langues humides et chaudes.
    Nos langues s'enroulent, se déroulent, sont en déroute…
    La mousse d'un arbre t'enveloppe, son bois heurté par ton corps
    retentit d'un bruit sourd, je glisse à tes chevilles ton linge,
    qui choit dans la bruyère. enfin dénudée, nature…
    Cinq feuilles digitales empaument ta broussaille crême et huile,
    circonvolent, écossent ton bourgeon, éclose la fleur … s'épanouit de plaisir
    Mon bois durcit, devient chaîne, les veines de ma branche croîssent, et gonflent.
    Tes jambes s'ouvrent… m'invitent à la Chlorophylie.
    Se dresse en la clairiere de tes reins, à l'orée,
    mon rameau vivant, vert, plein de sève qui veut couler de toi,
    je tatonne, me perds au crepusculaire de ta forêt… y peine hêtre
    je bois a tes seins, ivre de toi tandis qu'en toi profond, sans rebrousser chemin.
    vais en toi m'y perdre, jaillir en cascade la seve dans ta riviere,
    contre cet arbre qui nous abrite, nous protège, dont l'ombre,
    les feuilles et l'odeur de l'écorce impregne tes baisers.

  • un poeme de jeunesse

    Si reine, ces cils, ces lignes, qui lissent tes yeux, regrettent l'eau séant ,tenant, tentante. Toi tentation, tant qu'embrassent des vagues à lames océanes.
    L'ame acérée, second couteau, marche le long des côtes vermeilles, les pieds foulant le ça bleue, la chevelure jouée par le vent, et les yeux découvrant l'infinie.
    L'ame ouverte aux chants de ces impératrices de la mer, peaux c'est-y dont que s'ouvre les pores face à la peur d'être de passage sur ces rivages ?
    Lit de sirène sur un tapis de Lit-chaîne, ah le gai nuage orné de mirages…
    L'invincible larme à damner un ange, cent glossaires, cent lit vrai m'accueillent et je préfère toujours celui de l'aimée.
    je chante parmi les sirènes, ce lieder, d'une voie d'eau sacrée, d'un champ d'amour ou les pommiers fleurissent pour toi comme on cherche à ne plus être soi pour être enfin l'autre, je cherche la fusion et l'unisson

  • elle sera convulsive ou pas…

    la beauté est notre identité… notre passeport… en route vers l'extase, et l'ivresse,
    elle naît à notre insu, de chacun de nous gestes, de nos sourire et parfois de nos regards tristes, elle nous échappe… elle nous attrape… elle attache le cœur des uns aux autres, et échappe à toute logique… elle reste indéfinissable… la beauté naît au milieu des ordures, des roses, indifféremment… ne cherchez pas à la créer, elle échappera à votre contrôle et souvent se montrera là ou vous ne l'attendrez pas… et lorsque la vie sera lourde, dure, que seul des nuages sombres pointeront à votre horizon, elle sera là alors que vous ne l'attendiez plus…

  • arc-en-ciel de lit

    Des paillettes de soupir jetés là,
    sur le lit, l'édredon froissé
    tiède de nos enchevêtrés
    cœurs à cœurs…
    par notre prestance, nos linges,
    draps jetés a terre, défaits…
    Le lin maculé de l'immaculée
    jutée opale jaillie sans résistance
    à tes lèvres, je m'abandonne.
    Ma bouche fiévreuse de la cyprine
    enchantement de ta chair, délice floréal
    coulée de tes replis, larme à délice.
    La vulve dont la saveur m'enflamme,
    reflets d'ange, pétales écloses,
    je m'évertue, en immersion langue
    amoureuse du rêve de ta sève,
    du rêve du bourgeon d'or,
    d'enchantement, à vouloir ton chant,
    à me vouloir archange-en-ciel.

  • Coquillage

    la désirer, cernée par l'océan
    des draps, des vagues de coton
    nue sur l'île son dos, flux d'huîle
    de la nuque à la ronde bosse
    des fessiers, festifs, …caresses
    acuité des sens, yeux mi-clos,
    en ses courbes louvoyer,
    s'égarer, en son coquillage
    s'égayer, porté par les chaudes
    vagues sauvage de ses plaisirs.

  • Fièvre

    Mes lèvres papillonnaient en ses reins,
    avec fièvre, ma langue survoltait sa perle
    comme un moustique, mon aiguillon la harcelait
    laissant sur sa blanche peau, une trace irisée…
    son corps ondulait sous le mien, et je me délectais d'elle…
    ancrée à mon dard, à mon écume, elle se désaltérait…
    ma bouche rivée à sa rivière, lappais le suc de son délice.

  • En vie

    en vie… en vie… tant que tangue ton corps contre le mien
    coulant de source… en vie de ton cœur envieux de tes soupirs
    envieux de ton envie. envie montant en tige et élixir de vie
    se melant au nectar de venus, melée salive et embruns
    envie… en vie

  • Une brune dans la brume

    elle était magnifique, peuplent encore mes rêves
    ses yeux verts et sa chaude voix.
    Celle à qui je vouait mon existence n'est plus
    qu'une brune dans les brumes du souvenir.
    Illuminée par la brillance de son esprit
    sa froide beauté, l'or de ses yeux, ses mots…
    J'admirai sa force et aimait ses faiblesses,
    ne voyant sa souffrance ni ses maux
    dont je ne comprenais la source,
    sa brillante destinée réduite à peau de chagrin…
    A deux nous aurions été somptueux
    mais j'étais aveuglé par ma propre misère
    et je ne voyais que les apparences…
    malgré mon amour sans limite
    malgré mes mots, malgré ma peine
    je la laissait partir vers ses châteaux hantés.

  • Elle d'or

    Peut-être dormais t'elle, nous étions nus par cette chaude nuit d'été…
    mon pénis dur entre ses jambes, contre son minou tout chaud… j'avais envi d'elle et je n'osait la réveiller… mes doigts la caressait sans qu'elle ne réagisse… je touchais les doux tétins de ses si jolis petits seins, et mis la main sur sa jolie fente brune… elle était chaude et humide… je m'en léchais les doigts. au chaud contre elle, je me sentais bien. je l'adorais…
    je me glissais doucement et lentement exerçait mes va-et-vient, et au fur et à mesure mon pénis pénétra en son humide foyer… elle semblait toujours dormir… je ne voulais pas l'éveiller même si j'avais envi d'elle… sa beauté me fascinait et en elle j'étais au paradis. j'allais le plus lentement possible et mon exitation croissait. mes reins cognait contre ses si belles fesses. mon souffle s'emballait et je le réfrenais pour rester silencieux. je ne voulais pas jouir tout de suite mais profiter de cet instant. le lit grinçais je ralenti encore mon rythme qui déjà n'était pas trop rapide. plus je ralentissait et plus mon gland s'enfonçait et je sentais le fond de son sanctuaire. je sentais la douceur de son être enserrer mon pénis et son humidité me brûler. Dormais t'elle vraiment? je sentais monter mon plaisir, et je sentais que bientôt je ne pourrais plus me retenir. encore quelques glissements et je sentais le sperme jaillir et les étoiles du plaisir m'éblouir… quelques contractions de mon pénis et mon orgasme n'en finissait pas, je continuais à couler en elle, et a en avoir le souffle coupé… je restais en elle et m'allongeais lové contre son dos… et à l'oreille lui glissa que je l'aimais. Dormais t'elle vraiment?

  • Ceci n'est pas une pipe… (magritte)

    histoire vraie! ma dentiste d'alors etait une jolie jeune femme… elle me traitait depuis un petit moment dans ce cabinet pres de la place Voltaire. Tous les 6 mois, j'avais une nouvelle dentiste, elles partageait le cabinet avec un chirurgien dentiste cinquagenaire, elles étaient généralement jeunes, je ne sait pas ce qui se passait mais le turn-over me semblait important…
    Ce matin là, j'avais une molaire à soigner, (je devrais envoyer mes factures de dentiste à Haribo, la Generale sucriere, et Grevais danone dont j'ai été un trop fidele client) … assis sur le fauteuil, je l'entendais discuter avec son assistante et je comprenais qu'avec son petit ami c'était terminé depuis la nuit précédente… j'écoute à moitié, mes mains serrait déjà le fauteuil alors qu'elle n'avait rien commencé… je prévoyait la douleur… la fraise… j'ouvre grand la bouche… j'essaie de lui faciliter le passage… evidemement ca devait être une dent de sagesse puisqu'elle me demande d'ouvrir plus grand… je m'effectue… au bout de quelques instant elle me lance… "Mais ouvrez la bouche plus grande! ah làlà!… Si vous étiez une fille vous ne pourriez pas faire de bonnes pipes…"
    Un peu interloqué, je ne pipe mot!
    j'ai pas trop su comment je devais prendre cela, je suis sorti du cabinet comme si de rien n'etait… comme à l'accoutumé toujours correct… mais j'aurais bien aimé une petite pipe, moi…

  • Voie lactée

    nus sans lacets, ni vêts, je baise ton duvet,
    doux salin et ne me lasse de ces levres ourlées
    où d'une leste langue j'explore la lagune.
    Je lappe ces levres, délacée de son ecrin
    l'opale sacrée de ta chair, lascive de ma bouche…
    l'escale de ton cœur, où jamais de toi, rassasié.
    me hissant chercher ta bouche, je fraye
    vers ton sacré, au cœur du joyaux
    au calice délice, joyeusement mon pénis.
    à mon oreille, tes soupirs me chantent,
    je suis à des aimés lumière et ma voie lactée
    jaillie et enlacé contre ton cœur et tes seins je joui,
    je sent l'enchantement de ton corps où je coule,
    tes yeux m'éblouissent et fond de délice.

  • Eau vive

    Lorsque je te donnais ces baisers là,
    je songeais à l'eau d'un ruisseau,
    à ces torrents dévalant les monts.
    Ta langue douce et fraîche.
    Je fermais les yeux.
    J'étais un cailloux
    dévalant le cours de l'eau
    emportée par le courant…
    Ton corps était eau vive
    coulait entre mes doigts,
    et, il me coûtait de ne plus
    me rafraîchir à tes baisers.

  • Le vent

    Sous ses pas dansaient la rue, elle était comme le vent
    elle glissait sur les pavé, au loin je la regardais…
    son port droit, son magnifique visage, ses fines chevilles
    et sa jupe qui flottait au gré de ses pas
    sa beauté me coupait le souffle et je rêvais de l'embrasser,
    du goût de ses baisers, de son parfum…
    A ses pas s'accordaient mon rythme cardiaque
    qui au bout de quelques seconde s'emballait et se figeait.
    Elle semblable au vent, je gravais dans ma memoire
    les boucles de ses cheveux, la dureté de son regard
    et la beauté de sa souffrance… je lisas en elle sans la connaitre
    sa vie, et je la désirais… je voulais qu'elle soit heureuse
    je voulais qu'elle me dise tu, mais la laissait continuer sa route,
    belle, trop belle pour moi…
    sans qu'elle sâche qu'à chaque fois que je la croisait…
    je me disais… demain…

  • Premiers émois

    C'était l'heure d'affluence, je rentrais des cours, il m'arrivait de faire un petit détour avant de rentrer, et je ne prenais tout de suite le RER… je me retrouvais dans une rame bondée… j'étais tres jeune, je crois… le metro était vieux, vert et sale… bruyant, les banquettes étaient en bois, et sur les portes d'un jaune bizarre de jolis entrelac que j'aimais détailler… une seule barre à laquelle se raccrocher lorsque la marée humaine montait… je m'y retrouvais coincé et essayais de m'y maintenir… une tres jolie femme de quarante ans (une femme!) y mit sa main au dessus de la mienne… a quelques millimetres, je sentais confusement la chaleur de son corps contre le mien… perdu dans la marée humaine, celle des travailleurs qui rentournaient chez eux… les parisiens, les banlieusards… moi lyceen ou collegien… je me sentait fievreux… et sa main douce et chaude touchait la mienne, sans doute poussée par les autres mains de ceux qui cherchaient à se stabiliser dans ce cahotique métro… je n'avais pas de place pour me soustraire à ce delicieux contact et je me sentait delicieusement oppressé… je sentais bien que nos mains ne devaient se toucher, sa main était insistante, et je commençais a perdre le souffle, je le retenait et n'osait plus la regarder, je regardais en face de moi, les yeux cloués sur les noms de stations, l'oeil rivé a cette ligne… ses doigts lentement, prudemment et résoluments recouvraient les miens, mes doigts se laissaient faire, je n'osait prendre cette main, elle finit par recouvrir cependant totalement la mienne, et nos doigts s'entremelérent et c'était délicieux et des bouffées de chaleur m'envahissaient, je en savais pas ce que j'espérait, j'avais envi, je bandait et me sentais couler… nos doigts étaient caresses, désir et ce seul contact me troublait… j'avais le vertige et le souffle coupé. Les stations passaient je m'accrochais a cette barre, comme si j'allais me noyer, chahuté par les nouveaux arrivants, je ne voulais pas la perdre… perdre ce divin contact… une correspondance et tout le monde descendit, elle disparu, je me retrouvait seul, le feu aux joues, j'aurais tant aimé qu'elle me prenne par la main et m'emporte…