Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2006

Allegria

je trouve au milieu des femmes, au milieu des fleurs
et à l'heur ou sonnent les bonheurs du jour,
à mille lieue des infames et des rustres,
les flammes qui sèchent larmes, et attisent l'âme

S'acharne leurs charmes, l'amour, à mon âme désarçonnée,
le désir mène mon âme sans chaînes, plein champs.
L'allegresse au gré de leurs rires et de leur corps sages,
seule la joie sans failles et sans limite…

Commentaires

Hummm, l'homme qui aimait les femmes...
Corps sages ou corsages?

Écrit par : Aude | 07/07/2006

Une belle découverte ce blog. Des mots qui dansent et se posent sous les yeux pour caresser l'esprit. Des mots qui demandent à être vus après avoir subi les bienfaits de la plume. Plein d'originalité. De fraîcheur. Quelques pépites d'humour ou d'ironie sur un fond de mélancolie.

Longue vie à ce blog, reflet de la complexité de son auteur.

Écrit par : Auguste | 07/07/2006

j aime bien celui là

Écrit par : missparker | 07/07/2006

une fois de plus un tres beau poeme

comme j"aime

tendrement

Écrit par : la délicieuse | 07/07/2006

Comme d'habitude, le plaisri des mots, merci.

Écrit par : MarianneKipleur | 08/07/2006

ça glisse, c'est lisse....
ça se laisse lire sans suplice...

Écrit par : Tina | 10/07/2006

Il faut oublier les infames et les rustres. Oui, les charmes des femmes s'acharnent quelque fois mais c'est la nature.

Écrit par : elisabeth | 10/07/2006

Tt a fait d'accord pour ta façon d'appréhender le monde: C appréhender la réalité; vivre au plus près d'elle...ce qui est le plus dur. Le bonheur se trouve/situe là. Gde sagesse de vie mais cela demande une attention de ts les instants.
Cordialement-spqr

Écrit par : KRISH-PHILOSOPHIE | 11/07/2006

Bisous tout plein, j'ai vu ton com chez moi, il m'a fait sourire...

Écrit par : sandra | 11/07/2006

Les commentaires sont fermés.