Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2009

lagune

dans la chaleur de la nuit, dans mes rêves,

sur ma peau, il y a une trace de toi…
tes yeux clos, ta bouche entr'ouverte.
mes mains posées sur ton ventre tout chaud…
tu dors encore et tu sait que je veux ton plaisir.
Au bout de mes doigts agiles, ton humide royaume.
Je viens le visiter, lorsque j'entre en toi, tu t'éveilles.
Je regarde tes yeux briller.

Je te veux nue, à ma bouche offerte, tes seins délié de par ma langue,
d'ennivrants baisers. Ta lagune à laquelle ma bouche rivée boit et lèche,
que se mèlent nos corps… que cette fièvre braise danse.

nos corps emmelés,
nos peaux imbriquées
nos langues virevoltées
nos sexes emboîtés
nos âmes mélangées…

17:26 Publié dans erotisme, poésie, poesie, sexe | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : sexe, poésie

29/11/2006

Bouche-que-veux-tu

Danse langue,
bande ferme…
ta fente pleure
parfois de joie.
Jute sur ton sein
jolie crême,
dessert, reflets d'opale.
Gouttes de salive
sur la forêt de vénus.
Bouche-que-veux-tu
joue au chat et la souris.
lèvres qui lèvent verge
dressée et obéissante,
bon élève, gland garçon
à l'exite clitoris visite
la broussaille paradisiaque,
où mon vit vise, va et vient,
le délicieux chemin de ta chatte.

20/09/2006

nos miels

ses levres s'entrouvent, elle d'or,
un filet de salive perlé
ou un reflet de lune brille à sa bouche…
son souffle nuage le silence dans la nuit…
ses yeux clos étincellent la pénombre.
Son corps incendiaire sur le plaid rivage,
elle d'or… silhouette, ombre impériale
à moi, ses doux rêves sans complexes,
où convergent nos élans, nos corps à corps.
Moi veut de son con fusion, désire con prise
l'éveiller, lui offrir voyage éventail,
ma bouche à son con plisse, au fond de ses replis
ma salive emmiellée de sa crême savoureuse
elle, élancée, alanguie, s'abandonne, son silence
supplie d'aller plus loin, plus profond, plus fort
la prendre sur la grêve, sans trêve, s'assembler
mécano nos corps, arpège d'accord majeur
index s'amuse de la fièvre de ta fève.
à vif, vitale, l'envie de mon vit t'enveloppe,
pleine de ma sève, m'invite au sérail.
Nos reins se creusent, ondulent, dansent.
nos dents, ta langue, nos lèvres se livrent
con bat contre ma vie, fixe sexe à sexe
flexible au garde à vous, il luit de tendresse
s'étend dard, s'étale ta peau sous le vent.
prise par les hanches, par les épaules,
je te retourne, t'enfourne, t'enfourche.
Fesses festives Fête de sens. essence.
Naufrage mon âme, nous nous perdons.
Bout seule d'érectionnel, tête-bêche nord ou sud
le ciel de lit, toi, pôle air. ciel de nuit de taie.
je tête sein, je croque fesses, je mordille
bouche et épaules, froisse cheveux
déchire linge et draps…
je te veut encore plus nue, je te veut.
Quand se mele l'ange de langue
chavire et salive, souffle coupé et court
mélopée de tes soupirs, chant de reine.
sous le vent, au lit, le miel se mêle le lait.