Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sexe - Page 2

  • le front de libération des étoiles

    le front de libération des étoiles
    ne t'a pas décroché la lune
    il la préfère dans son écrin de soie noire
    le front de libération des étoiles
    ne t'a pas décroché la lune
    à son patere, il a accroché
    des baisers et des caresses délices
    ainsi quand tu lève ta caboche
    sur tes yeux descend des cieux,
    des baisers délices et des caresses.

  • sujet de délicieuse rêverie…

    nous sommes dans le métro… je suis quelques sièges plus loin… tu caches ta main sous ton manteau et me regardant, me fixant de tes yeux magnifiques, tu te caresses… discretement… moi seul le sait, moi seul le devine… tu retiens tes soupirs, et tes yeux s'illuminent, je devine ton plaisir qui nait sous tes doigts… je suis avec toi de mon regard… je t'accompagne… lorsque ton plaisir vient, tu me rejoint et nous descendons du wagon… et nous nous embrassons.

  • Geyser

    L'anneau de l'index et du pouce
    monte doux ascenseur...
    Descend belle caresse.
    Les doigts d'ivresse
    montent aux étoiles.
    Les yeux clos, feux d'artifices
    comme une lame de couteau.

    De la main filante, aimante
    qui délivre le raz-de-marée,
    le gazeux geyser monte.
    En un tour de main,
    palpe de la paume,
    gonfle le manteau de peau
    coulisse et malaxe l'axe,
    l'ajuste à ton geste.

    Ta frimousse de cristal
    parée de diamants
    de spermes frais
    d'éclats de crèmes opales,
    Recueille la première larme
    de sa housse de tendre chair.
    L'anneau de l'index et du pouce
    monte doux doigts divins...
    Descend belle caresse,
    vive et brûlante comme un incendie.

    De lave et de feu monte,
    coulisse ta prisonnière
    de ta bouche, qui délivre
    le raz-de-marée,
    le gazeux geyser
    gonfle l'écrin, tes doigts
    ne me laissent répits
    plus rapides, plus forts.
    Ta bouche plus douce
    s'impose et me soumet.

    J'explose, j'implose,
    j'étincelle des gouttes
    d'or, d'argent, de nacre
    qui ornent tes lèvres
    bouillantes et magnifiques
    et courent tels des lévriers
    orner tes seins, paillettes
    coulées le long de la clavicule,
    Doigts humides de mon extase.

    L'anneau de l'index et du pouce
    dessert doux ascenseur...
    Délivre belle caresse.
    Les doigts d'ivresse
    montent aux étoiles.
    Les yeux clos, feux d'artifices
    comme une lame de couteau.

  • Paradis

    Dans tes bras j'étais au paradis
    et ne savais pas que ce serais aussi l'enfer
    ce jour ou nous ne serions plus nous.
    Chacun de notre côté, dans d'autres bras
    purgatoires, ivres et libres, délivrés de nous.
    Dans tes bras j'étais au paradis
    et toi tu as choisie l'enfer, j'ai choisi la vie
    pour survivre sans toi, j'ai oublié d'aimer.
    Chacun de notre côté, dans d'autres bras
    de passage sur d'autres rivages, d'autres lits…
    J'ai choisi la vie, et de bras en bras j'oubliai
    que dans les tiens, c'était le paradis
    et je ne savais pas que tu choisirais l'enfer
    alors que dans mes bras tu étais au paradis.

  • Fruits défendus

    je te lèche la pomme
    en caressant tes jolies poires.
    Cueillons les fruits de l'amour !
    je me frotte à ton abricot
    fondant et succulent tel une mangue.
    tu agrippe mes noix.
    Ma banane bien mûre se dresse,
    juteuse de nectar, lait de coco.
    Cueillons les fruits de l'amour !
    Ta petite fraise sucrée, sensible
    à mes assauts, à l'orée du verger
    où je cueille les fruits défendus du pêcher
    à un parfum de fruits de la passion.

  • Bouche-que-veux-tu

    Danse langue,
    bande ferme…
    ta fente pleure
    parfois de joie.
    Jute sur ton sein
    jolie crême,
    dessert, reflets d'opale.
    Gouttes de salive
    sur la forêt de vénus.
    Bouche-que-veux-tu
    joue au chat et la souris.
    lèvres qui lèvent verge
    dressée et obéissante,
    bon élève, gland garçon
    à l'exite clitoris visite
    la broussaille paradisiaque,
    où mon vit vise, va et vient,
    le délicieux chemin de ta chatte.

  • crême

    je touille to you, coule
    deux doigts dans la crême
    m'en pourlèche les babines
    barbouillées, to you touille.
    Papouilles à la touillette.
    Lechouilles happés to you
    deux doigts dans la crême.
    Ma langue lisse to you,
    en ta bonne bouche,
    ma crême to you cool.

  • fruitée

    me voilà ou qu't'est,
    entre deux pêches
    bien rondes et pulpeuses.
    Ma noix, voie lactée, dégorge
    cascade son lait de coco.
    Mon litchi, dans ta figue,
    ruisselle de tout son jus
    j'embrasse ta pomme
    j'embrasse ta bouche fruitée.

  • Faim de Loup

    Je reste sur ma faim de Loup.
    je reste sur ma faim… fin gourmet,
    affamé ! et lorsque je pense être repu,
    il me vient des envies, des désirs…
    Je reste affamé de baisers, je reste insassiable…
    je deviens un ogre, je devient un croque-mitaine.
    La lenteur me manque… La douceur me manque
    s'abandonner au temps d'aimer
    aux mains d'une autre, se livrer ,
    sans poser la limites du jamais ou du toujours.
    Cents frontières, déployer ma ligne d'horizon
    louvoyer comme un voyou, sans foi, ni loi.
    Je reste sur ma faim de vous.

  • Nous

    Elle m'offre à toi, m'offre les baisers
    qu'elle te donne, m'offre tes orgasmes
    et la douceur de vos peaux…
    Elle offre à mes ivresses, vos jeux, vos élans,
    nos corps qui se mêlent et nos langues déliés.
    A elle, tu m'offres, tu me prêtes et vos bouches
    amies délivrent à mon pénis leur libre plaisir.
    Nous ne sommes qu'affamés de chairs.
    Nous ne sommes qu'affamés de plaisirs.
    Nous ne sommes qu'affamés de caresses.
    je suis elle, tu est moi, et elle est nous.

  • Sauvage comme moi

    Apprends-moi, apprivoise-moi
    Moi qui ai pris ce cœur,
    moi qui défends le mien
    de tous liens… En dépit
    de cela, apprivoise-moi.
    Donnes au sauvage
    ces baisers d'acier et de vent.
    Donne au sauvage
    ces caresses et laisse cage ouverte…
    Brisées les chaînes, libère le sauvage
    qui est en toi, apprends lui les nuages
    apprends lui les étoiles,
    apprends lui la chair
    sans les chaînes.

  • Or gammes

    Lorsqu'elle m'aime ; merveille!
    va nue, nus pieds, cela va tous les matins
    au monde, rien ne m'émerveille autant.
    Elle avale mon élevée, je rêvasse,
    je m'éveille à ses jeux de bouche, verge dédiée.
    Des vagues de plaisirs, eve, lilith, divague, geint
    de par son chaud vagin, je me vie d'elle,
    divagues tièdes crèmes , se perd me, je, nous.

  • scintillement

    tes yeux scintillent lorsqu'on s'embrasse,
    et aussi, mon âme scintille de tes feux, de ton éclat
    nos langues se lèchent, et se pourlèchent…
    deux petits serpents roses, qui s'entortillent
    deux petites langues humides et chaudes.
    mes yeux scintillent lorsque tu m'embrasses
    et aussi, mon âme scintille de tes jeux, de ton éclat
    nos corps se lèchent, et s'emmellent…
    mon serpent rose, humide de toi, chaud de toi
    qui se tortille et glisse dans ta bouche affamée
    mes yeux scintillent quand tu l'embrase.
    envieux de ton corps, envieux de ton désir,
    moi, affamé de la femme que tu est.

  • velouté

    je ne lui dis rien, je rêve seulement
    de ses yeux clairs et lumineux,
    porté par son regard acérés
    je voyage sur le velouté de sa peau.
    Autour d'elle, comme le vent,
    qui secoue les branches des arbres
    comme des elfes allumant feux follets,
    des herbes folles, couchés par un souffle.
    A son insu, je suis emporté… bringueballé
    sans ménagement, bousculé
    par la tendresse de son visage.
    Mes yeux ne voient que sa bouche.
    magnétique, qui m'aimante et m'attise
    je ne lui demande rien, ce rêve seul
    du gout de ses baisers, d'une étreinte,
    et de sa langue de soie chaude
    rêvasser de m'y prélasser.

  • I want candy

    Sortir ton carnet de poésie,
    l'offrir aux vents, l'offrir à la pluie et au soleil
    écrire des mots pour chasser le noir.
    Pour faire la traque au désespoir
    sortir ton carnet de poésie,
    l'orner de mots de pois de senteur, de lys.
    Calligraphier les prairies, les montagnes
    les océans, et le monde avant l'homme…
    Sortir ton carnet de poésie
    et se souvenir que la vie peut être
    friandise et sucre candy.

  • nos miels

    ses levres s'entrouvent, elle d'or,
    un filet de salive perlé
    ou un reflet de lune brille à sa bouche…
    son souffle nuage le silence dans la nuit…
    ses yeux clos étincellent la pénombre.
    Son corps incendiaire sur le plaid rivage,
    elle d'or… silhouette, ombre impériale
    à moi, ses doux rêves sans complexes,
    où convergent nos élans, nos corps à corps.
    Moi veut de son con fusion, désire con prise
    l'éveiller, lui offrir voyage éventail,
    ma bouche à son con plisse, au fond de ses replis
    ma salive emmiellée de sa crême savoureuse
    elle, élancée, alanguie, s'abandonne, son silence
    supplie d'aller plus loin, plus profond, plus fort
    la prendre sur la grêve, sans trêve, s'assembler
    mécano nos corps, arpège d'accord majeur
    index s'amuse de la fièvre de ta fève.
    à vif, vitale, l'envie de mon vit t'enveloppe,
    pleine de ma sève, m'invite au sérail.
    Nos reins se creusent, ondulent, dansent.
    nos dents, ta langue, nos lèvres se livrent
    con bat contre ma vie, fixe sexe à sexe
    flexible au garde à vous, il luit de tendresse
    s'étend dard, s'étale ta peau sous le vent.
    prise par les hanches, par les épaules,
    je te retourne, t'enfourne, t'enfourche.
    Fesses festives Fête de sens. essence.
    Naufrage mon âme, nous nous perdons.
    Bout seule d'érectionnel, tête-bêche nord ou sud
    le ciel de lit, toi, pôle air. ciel de nuit de taie.
    je tête sein, je croque fesses, je mordille
    bouche et épaules, froisse cheveux
    déchire linge et draps…
    je te veut encore plus nue, je te veut.
    Quand se mele l'ange de langue
    chavire et salive, souffle coupé et court
    mélopée de tes soupirs, chant de reine.
    sous le vent, au lit, le miel se mêle le lait.

  • amusement…

    trouvé chez khate : http://le-saule-pleureur-2.blogspot.com/

    Né le 25 août, mon arbre semble etre le pin
    voici ce que cela dit… quelques trucs vrai, mais pas totalement…

    Pin : Un protégé du pin est un cas "particulier" !
    ....... Il adore être entouré de personnes agréables . Il est robuste . Il sait se faire une vie confortable . Bon compagnon naturel pas vraiment agréable , il est naturel . il devient facilement amoureux mais la passion s'éteint rapidement . Tout tourne à la déception , sauf s'il rencontre son idéal et pourtant il est digne de confiance .


    Et pour continuer à s'amuser, le test de "pureté"
    http://www.griffor.com

    je ne sait pas comment c'est calculé, mais voici mes résultats

    Score : 164
    Pourcentage de réponses positives : 43 %
    Réponses positives sur les boissons: 16 %
    Réponses positives sur les drogues : 41 %
    Réponses positives sur le sexe : 55 %

    Commentaires : La vie n'est qu'un vaste terrain de jeu pour vous !
    Votre passé a été plein de surprises et je pense que ce n'est pas fini, loin de là !

    Ben j'espère bien!!!!

  • ce qui ne sort pas de ma bouche…

    Ses lèvres sont de l'eau à ma bouche asséchée
    mais c'est elle qui s'y désaltère.
    Ses caresses, sont le ciel et les étoiles
    et elle devrait s'y envoler
    haut, tres haut, parmi les oiseaux.

    Et, mes baisers pansent ses plaies
    Et, mes caresses ont besoin d'ailes
    pour la soutenir sans mes mots.

  • fruit sauvage 2

    me frottant à ta peau, je m'ennivre son odeur douce et ma salive illumine ta rose raie
    ma langue voyage et navique en des embruns salins, satine et maline
    et ceuille des bouquets et des saveurs pêche, abricots et figues
    je rejoint ta moiteur tropicale, douce cascade d'orgeat et d'argent
    je me coule en toi et je reçoit tes baisers emielés et ton etreinte m'éreinte…
    tes reins se creusent, ondulent au gré de mes vagues
    je veut fondre me delayer et en toi me noyer
    je veut tes seins, je veut tes reins et le satin de ta bouche
    tes doigts sur mon penis, ta langue qui le salive
    tandis que ma tete part aux étoiles te ceuillir un bouquet de stelles
    ma bouche sur la tienne
    suce langue et boit salive
    soif de toi
    j'ai l'eau a la bouche de toi
    mes doigts sur toi parfois ondoient
    jouent des notes, des do, des mi,
    ma muse s'amuse et j'en use
    j'ose avec elle etendre mes ailes
    et m'etendre aupres d'elle

    à la délicieuse…

  • Paris des amants

    lis ce message, d’ange heureux,
    Paris en automne, n’est pas monotone
    et si tonne les rouges des feuilles tombantes,
    mouvent émouvantes les errantes âmes aimantes…
    Paris sur scène, dans des bouges, jamais taris,
    sur les quais de seine, lisses, et atones,
    d’aventureux amours se lient et se délient…
    en ces rues citadines, nectarines bouches
    se mentent, s’aimantent, en se cimentant
    d’avenir et de passés composés…
    mais trop polis, teint de bitume sans amertume
    a brune brume de paris, sous une bruine
    céleste, déserte de passants, sans interdits

    Paris d’automne venant, jette ses feuilles rousses,
    se prélasse la seine ; laissant des amants dans son lit,
    désarmant leurs charmantes secousses sismiques.
    Ta nuque jalouse ton sourire moqueur,
    des mains sans lendemains
    agrippent mon corps et griffent mon cœur,
    tes lèvres délivrent ma fièvre de cristal.
    Des cris s’installent, métal langue en splendeur à fleur
    deux lèvres, pétales de santal langue sur la mienne.
    Pendant que tangue eaux de seine, chaloupent en couples
    loups et louves le long du Louvre.

    (un ancien poeme retrouvé…)

  • arc-en-ciel de lit

    Des paillettes de soupir jetés là,
    sur le lit, l'édredon froissé
    tiède de nos enchevêtrés
    cœurs à cœurs…
    par notre prestance, nos linges,
    draps jetés a terre, défaits…
    Le lin maculé de l'immaculée
    jutée opale jaillie sans résistance
    à tes lèvres, je m'abandonne.
    Ma bouche fiévreuse de la cyprine
    enchantement de ta chair, délice floréal
    coulée de tes replis, larme à délice.
    La vulve dont la saveur m'enflamme,
    reflets d'ange, pétales écloses,
    je m'évertue, en immersion langue
    amoureuse du rêve de ta sève,
    du rêve du bourgeon d'or,
    d'enchantement, à vouloir ton chant,
    à me vouloir archange-en-ciel.

  • En vie

    en vie… en vie… tant que tangue ton corps contre le mien
    coulant de source… en vie de ton cœur envieux de tes soupirs
    envieux de ton envie. envie montant en tige et élixir de vie
    se melant au nectar de venus, melée salive et embruns
    envie… en vie

  • Ceci n'est pas une pipe… (magritte)

    histoire vraie! ma dentiste d'alors etait une jolie jeune femme… elle me traitait depuis un petit moment dans ce cabinet pres de la place Voltaire. Tous les 6 mois, j'avais une nouvelle dentiste, elles partageait le cabinet avec un chirurgien dentiste cinquagenaire, elles étaient généralement jeunes, je ne sait pas ce qui se passait mais le turn-over me semblait important…
    Ce matin là, j'avais une molaire à soigner, (je devrais envoyer mes factures de dentiste à Haribo, la Generale sucriere, et Grevais danone dont j'ai été un trop fidele client) … assis sur le fauteuil, je l'entendais discuter avec son assistante et je comprenais qu'avec son petit ami c'était terminé depuis la nuit précédente… j'écoute à moitié, mes mains serrait déjà le fauteuil alors qu'elle n'avait rien commencé… je prévoyait la douleur… la fraise… j'ouvre grand la bouche… j'essaie de lui faciliter le passage… evidemement ca devait être une dent de sagesse puisqu'elle me demande d'ouvrir plus grand… je m'effectue… au bout de quelques instant elle me lance… "Mais ouvrez la bouche plus grande! ah làlà!… Si vous étiez une fille vous ne pourriez pas faire de bonnes pipes…"
    Un peu interloqué, je ne pipe mot!
    j'ai pas trop su comment je devais prendre cela, je suis sorti du cabinet comme si de rien n'etait… comme à l'accoutumé toujours correct… mais j'aurais bien aimé une petite pipe, moi…

  • Premiers émois

    C'était l'heure d'affluence, je rentrais des cours, il m'arrivait de faire un petit détour avant de rentrer, et je ne prenais tout de suite le RER… je me retrouvais dans une rame bondée… j'étais tres jeune, je crois… le metro était vieux, vert et sale… bruyant, les banquettes étaient en bois, et sur les portes d'un jaune bizarre de jolis entrelac que j'aimais détailler… une seule barre à laquelle se raccrocher lorsque la marée humaine montait… je m'y retrouvais coincé et essayais de m'y maintenir… une tres jolie femme de quarante ans (une femme!) y mit sa main au dessus de la mienne… a quelques millimetres, je sentais confusement la chaleur de son corps contre le mien… perdu dans la marée humaine, celle des travailleurs qui rentournaient chez eux… les parisiens, les banlieusards… moi lyceen ou collegien… je me sentait fievreux… et sa main douce et chaude touchait la mienne, sans doute poussée par les autres mains de ceux qui cherchaient à se stabiliser dans ce cahotique métro… je n'avais pas de place pour me soustraire à ce delicieux contact et je me sentait delicieusement oppressé… je sentais bien que nos mains ne devaient se toucher, sa main était insistante, et je commençais a perdre le souffle, je le retenait et n'osait plus la regarder, je regardais en face de moi, les yeux cloués sur les noms de stations, l'oeil rivé a cette ligne… ses doigts lentement, prudemment et résoluments recouvraient les miens, mes doigts se laissaient faire, je n'osait prendre cette main, elle finit par recouvrir cependant totalement la mienne, et nos doigts s'entremelérent et c'était délicieux et des bouffées de chaleur m'envahissaient, je en savais pas ce que j'espérait, j'avais envi, je bandait et me sentais couler… nos doigts étaient caresses, désir et ce seul contact me troublait… j'avais le vertige et le souffle coupé. Les stations passaient je m'accrochais a cette barre, comme si j'allais me noyer, chahuté par les nouveaux arrivants, je ne voulais pas la perdre… perdre ce divin contact… une correspondance et tout le monde descendit, elle disparu, je me retrouvait seul, le feu aux joues, j'aurais tant aimé qu'elle me prenne par la main et m'emporte…

  • Embrassez-moi

    rien a dire sur le désir qui nous lie
    ni sur le tendre et court espace où nos vies
    se révèlent une relation privilégiée.
    Notre cours de recréation, notre terrain de joie
    nous unis et cet intermède ou je suis son ami.
    elle est ce si doux leurre et je suis celui
    dont le mâle à dit qu'il était un fruit du pêcher
    alors je croque son amande
    Je n'étais dans sa vie qu'un amour
    né trop tard pour se donner, et mener nos vies
    à notre guise, en ces interludes ou nous nous ébattons
    à travers nos tentations, a chaque fois
    je tente de lui donner ce que je ne peut donner
    ce que je ne peut lui dire… ce bal mal mené
    ou nos corps ont la pudeur de ne dire nos cœurs,
    je ne peut que lui offrir liberté et baisers
    j'ai cherché une vie, où le mal est absent…
    et, ne sait l'essence des sens et ne sait la malice.
    je lui dit embrassez-moi, je serait un dieu
    je lui dit embrassez-moi, je ne desire rien d'autre
    je lui dit que ses lèvres chaude me réchauffent.

  • Bouche à bouche

    nos lèvres célebrent étoiles et soies
    nos langue se livrent à la joie de l'ange
    nos bouches délivrent et se cherchent
    ta salive me chavire feux follets et lucioles
    langues de velours, et langueurs s'ensuivent
    t'embrasser, et, de nous faire un brasier

  • T'aimes…

    s'il y avait une réponse, s'il y avait ces élliptiques questions
    cette quête de la fête charnelle, cette quête du bonheur,
    cette quête du désir et de l'amour, s'il y avait une réponse
    à la tentation de la chair, à la tentation de la chère et tendre
    rondeur de son corps, de ses courbes, des ses angles…
    s'il y avait amour sans chaînes, ni liens, ni contraintes…
    une immense tentation de la douceur, de cette main
    qui dessine des lignes de vie sur ce cœur satiné étalé là,
    sur ce lit inconnu, ce lit qui dérive au gré de nos soupirs…
    résiste à ces caresses, résiste à cette langueur
    à ce plaisir qui monte dans ta chair, à ces reins qui se creusent
    ne résiste plus, abandonne toi à cet délicieuse explosion
    cette bouche tendue vers la tienne qui réclame encore.

  • Son corps de diva

    sur son corps de diva, je divague et songe a ses rivages rêvés
    jetée là sur un lit de passage, du temps jadis, je lui dit mon naufrage,
    les ravages qu'elle fait à mon âme et l'étincelle, qu'elle a allumée.
    sur son corps de diva, je plane, me pâme, et l'adore.
    je la monte en selle, je la navigue, déjà divague, mon bâton livre
    à son ventre, mon écume jeté, à sa bouche, le lai de ma saison.
    je cherches en elle ma déraison et sans raisons,
    offre à sa chatte, ma livrée de baisers chatoyants
    à ses fesses, de festes caresses afin de la mettre en liesse
    en elle, ancré, humide de son délice, mon pénis glisse et frétille.
    nos deux peaux se frottent l'une à l'autre,
    nos souffles rapides et chauds, nos bouches enlanguées
    tes seins léchés et ceints par les paumes,
    tes hanches que j'agrippe, ce joyaux clltoris que je lèche
    je veut en ses yeux ces lumieres ou brille l'or de nos games,
    les gammes de nos jouissances, l'essence de nos sens
    avec elle, joue à joui et à tu, et à vous j'aimerai dire nous
    l'instant d'une seconde naissance, à son soupir fondre.

  • Incandescence

    lorsque je touche sa peau, qu'elle déploie son "elle"
    que mon index dévale de ses seins enchantés
    par son nombril, vers sa toison d'or
    son ventre que je sent humide et tiède,
    à mon oreille, chante son plaisir
    son souffle trouble trouve le mien
    lorsque l'harmonie de nos vices
    en elle m'accueille , et se visse
    mon vit à sa vie de fée, que je la frôle
    au fond de sa forêt brûlée, je me perds.
    Sa bouche bouillante, sa langue se faufilant
    entre mes lèvres, je vient de l'orée de la broussaille
    au crépusculaire volcan de fusion
    et je fond en elle au fin fond de ce brasier.