Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2006

donc voici la reponse de Musset… et là vous avez trouvés ?

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage
Voulez vous qu’un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d’un cœur
Que pour vous adorer forma le créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n’ose dire.
Avec soin de mes vers lisez les premiers mots :
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

Alfred de Musset



Cette insigne faveur que votre cœur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.

George Sand

Un classique, mais sans doute certains ne connaissait pas encore…

Un poeme a lire entre les lignes*
(lettre à A. De Musset)

Je suis très émue de vous dire que j'ai
bien compris l'autre soir que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir aussi
vous dévoiler sans artifice mon âme
toute nue, venez me faire une visite.
Nous causerons en amis, franchement.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l'affection
la plus profonde comme la plus étroite
amitié, en un mot la meilleure preuve
que vous puissiez rêver, puisque votre
âme est libre. Pensez que la solitude où j'ha-
bite est bien longue, bien dure et souvent
difficile. Ainsi en y songeant j'ai l'âme
grosse. Accourez donc vite et venez me la
faire oublier par l'amour où je veux me
mettre.

Georges Sand



*une ligne sur deux…

26/08/2006

sourire…

si je me laissait bercer par ton souffle,
emporter par la lame de fond de mon âme,
je pourrait te donner comme homme nait des anges,
mon âme mise a nue. ma vie vise à l'amour et à
la douce heure que tant chantent mes poemes.
mes doigts te caresseraient, et ma langue
s'insinuerait dans le palais de ton plaisir.
me glisser au creux de toi, ne vouloir de toi
que le froissement des draps,
le velouté brasier de tes baisers
et ne desirer que ton sourire…

13:20 Publié dans erotisme, poesie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : poesie, érotisme

24/08/2006

Souvenir incomplet

Enfant, j'allais peu à la maternelle, je pleurais tant que ma sœur ou ma mere renonçait à m'y envoyer, je me cachais aussi à l'heure de partir, tellement bien que je finissait par rester a la maison… ma mere ne travaillait pas…
Tout petit, environ 4 ans ? je dormais… probablement une sieste… un souvenir un peu flou qu'il me reste de cette époque… en apparence insignifiant, pourtant il est très présent, je m'éveille, la maison est silencieuse… la porte de la chambre fermée… je traverse le couloir et ouvre la porte du petit salon-salle à manger… ma mere parle avec le type des bons de la Semeuse (en fait les bons de la semeuse étaient une sorte d'épargne… j'ai eu ma premiere mobylette avec l'argent économisé et donc payé avec les bons de la semeuse…). Je crois - mais n'en suis pas sur - que je ne suis pas content… voilà, fin du souvenir… j'en sait pas plus, mais pourquoi ce souvenir est'il si présent? que pouvais-je penser à 4 ans?

14:10 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (17)

22/08/2006

ce qui ne sort pas de ma bouche…

Ses lèvres sont de l'eau à ma bouche asséchée
mais c'est elle qui s'y désaltère.
Ses caresses, sont le ciel et les étoiles
et elle devrait s'y envoler
haut, tres haut, parmi les oiseaux.

Et, mes baisers pansent ses plaies
Et, mes caresses ont besoin d'ailes
pour la soutenir sans mes mots.

19/08/2006

de Pablo Neruda… Sonnet 44 de la centaine d'amour

Sache que je ne t'aime pas et que je t'aime
Puisque est double la façon d'être de la vie,
Puisque la parole est une aile du silence,
Et qu'il est dans le feu une moitié de froid.

Moi je t'aime afin de commencer à t'aimer,
Afin de recommencer à l'infini
Et pour que jamais je ne cesse de t'aimer :
C'est pour cela que je ne t'aime pas encore.

Je t'aime et je ne t'aime pas , c'est comme si
J'avais entre mes deux mains les clés du bonheur
Et un infortuné, un incertain destin.

Mon amour a deux existences pour t'aimer.
Pour cela je t'aime quand je ne t'aime pas
Et c'est pour cela que je t'aime quand je t'aime.

20:41 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (7)

bien gentil…

hier soir, quelques collegues sont venues à la maison me fêter à l'avance mon anniversaire… petite soirée très agréable et l'occasion de les voir sous un jour différent de la représentation à l'agence, bien papoté, bien rigolé et le champagne aidant, les langues se délient et s'envolent… soirée tres tres agréable et légère… ils ont eu la gentillesse de m'offir un joli sweat rayé noir et rouge et un joli tee-shirt écris en portuguais ou il est écrit "le meilleur de la vie sont les choses simples" je les a trouvé particulirement gentil à mon égard.
je n'ai pas toujours été gentil, je ne sait pas très bien l'être… pourtant on me considère comme qualqu'un de gentil. à une époque la gentillesse était assez déconsidéré, la mode était au cynisme… on disait "bien gentil" pour une personne un peu simple, et je n'ai jamais aimé cette expression… au contraire je trouve que la gentillesse - la vraie - pas la mienne - est une grande valeur humaine, une grande qualité et j'admire ceux qui ont cette générosité, cette élégance vis à vis des autres…
aussi lorsque - moi - je dis bien gentil, dans ma bouche c'est un compliment…
je suis entouré de personnes dont j'aime la gentillesse et dont j'apprecie l'amitié… et je leur suis reconnaissant.

13:40 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (15)

16/08/2006

fruit sauvage 2

me frottant à ta peau, je m'ennivre son odeur douce et ma salive illumine ta rose raie
ma langue voyage et navique en des embruns salins, satine et maline
et ceuille des bouquets et des saveurs pêche, abricots et figues
je rejoint ta moiteur tropicale, douce cascade d'orgeat et d'argent
je me coule en toi et je reçoit tes baisers emielés et ton etreinte m'éreinte…
tes reins se creusent, ondulent au gré de mes vagues
je veut fondre me delayer et en toi me noyer
je veut tes seins, je veut tes reins et le satin de ta bouche
tes doigts sur mon penis, ta langue qui le salive
tandis que ma tete part aux étoiles te ceuillir un bouquet de stelles
ma bouche sur la tienne
suce langue et boit salive
soif de toi
j'ai l'eau a la bouche de toi
mes doigts sur toi parfois ondoient
jouent des notes, des do, des mi,
ma muse s'amuse et j'en use
j'ose avec elle etendre mes ailes
et m'etendre aupres d'elle

à la délicieuse…

07:45 Publié dans erotisme, poesie, sexe | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : érotisme, poésie

15/08/2006

All you need is LOVE

sur certains blogs, en reponse a l'actualité que j'ai suivi de tres loin cet été et qui semble avoir été déplorable, je vois fleurir çà et là des propos ou anti semites ou islamophobe (en fait plus arabophobe en realité) bon… a qui le prochain ? quand cesserons ces stupides reflexiosn d'un autre temps… je ne sait ce qui a declenché ces putains de guerre à la con… mais je sait que les peuples meurent des deux côtés, des innocents généralement… que des saluds sous pretexte de religion, de guerre économique, de petrole, s'enrichissent sans scrupules, Qui vend ces armes qui tuent ? qui les fabrique? qui a intérêt que sans arrêt des peuples se detestent, qui met de l'huile sur le feu ?
les salauds sont des deux côtés, c'est certain… cela on le sait, alors, laissons les s'affronter entre eux et occuppons nous des gens bien, ceux dont on n'entends pas la voix, les israeliens pacifiques, les arabes de bonne volonté, tandis que certains detruisent c'est tellement plus simple que de bâtir une paix durable et tellement plus lucratif… (combien de benefices tirent de cette guerre les industries de l'armement ?)
nous devons travailler à notre niveau à un monde meilleur, CREER, construire, faire preuve d'imagination, de comprehension, d'écoute attentive de l'autre…
Detruire, critiquer, hair, c'est tellement plus simple,
prendre le temps d'ecouter, faire un pas vers l'autre, lui tendre la main, pardonner, echanger, bâtir, imaginer… ça demande un effort, mais cela coute moins que la destruction et ça en vaut la peine…
faites l'amour, pas la guerre…
All you need is LOVE !!!!

21:15 Publié dans actu, Chronique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : paix