Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2006

de sable et de poussiere

Ne sentir sous ses pieds que du sable,
entre ses doigts, ne saisir que le vent…
pas même un nuage sombre, pas même le froid
au bord d'un précpice, face à soi le vide…
et moi au bord… avec une tranquille panique.
Je me sent égaré, perdu, sans savoir ou je suis
qui je suis… pas de certitudes, pas d'espérance…
pas de peines, pas de chagrin, au delà de cela…
j'étais un jeune homme en colère, j'avais la haine…
je n'ai rien… je ne possede rien, même plus le désespoir…
et cela est comme le vent, insaisisable,
et cela est comme le vent, comme le sable
ça s'effacera et disparaitra…

19:10 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (13)

27/09/2006

leger spleen…

ben ouais…

25/09/2006

velouté

je ne lui dis rien, je rêve seulement
de ses yeux clairs et lumineux,
porté par son regard acérés
je voyage sur le velouté de sa peau.
Autour d'elle, comme le vent,
qui secoue les branches des arbres
comme des elfes allumant feux follets,
des herbes folles, couchés par un souffle.
A son insu, je suis emporté… bringueballé
sans ménagement, bousculé
par la tendresse de son visage.
Mes yeux ne voient que sa bouche.
magnétique, qui m'aimante et m'attise
je ne lui demande rien, ce rêve seul
du gout de ses baisers, d'une étreinte,
et de sa langue de soie chaude
rêvasser de m'y prélasser.

18:20 Publié dans erotisme, poesie, sexe | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : poésie

22/09/2006

I want candy

Sortir ton carnet de poésie,
l'offrir aux vents, l'offrir à la pluie et au soleil
écrire des mots pour chasser le noir.
Pour faire la traque au désespoir
sortir ton carnet de poésie,
l'orner de mots de pois de senteur, de lys.
Calligraphier les prairies, les montagnes
les océans, et le monde avant l'homme…
Sortir ton carnet de poésie
et se souvenir que la vie peut être
friandise et sucre candy.

20/09/2006

nos miels

ses levres s'entrouvent, elle d'or,
un filet de salive perlé
ou un reflet de lune brille à sa bouche…
son souffle nuage le silence dans la nuit…
ses yeux clos étincellent la pénombre.
Son corps incendiaire sur le plaid rivage,
elle d'or… silhouette, ombre impériale
à moi, ses doux rêves sans complexes,
où convergent nos élans, nos corps à corps.
Moi veut de son con fusion, désire con prise
l'éveiller, lui offrir voyage éventail,
ma bouche à son con plisse, au fond de ses replis
ma salive emmiellée de sa crême savoureuse
elle, élancée, alanguie, s'abandonne, son silence
supplie d'aller plus loin, plus profond, plus fort
la prendre sur la grêve, sans trêve, s'assembler
mécano nos corps, arpège d'accord majeur
index s'amuse de la fièvre de ta fève.
à vif, vitale, l'envie de mon vit t'enveloppe,
pleine de ma sève, m'invite au sérail.
Nos reins se creusent, ondulent, dansent.
nos dents, ta langue, nos lèvres se livrent
con bat contre ma vie, fixe sexe à sexe
flexible au garde à vous, il luit de tendresse
s'étend dard, s'étale ta peau sous le vent.
prise par les hanches, par les épaules,
je te retourne, t'enfourne, t'enfourche.
Fesses festives Fête de sens. essence.
Naufrage mon âme, nous nous perdons.
Bout seule d'érectionnel, tête-bêche nord ou sud
le ciel de lit, toi, pôle air. ciel de nuit de taie.
je tête sein, je croque fesses, je mordille
bouche et épaules, froisse cheveux
déchire linge et draps…
je te veut encore plus nue, je te veut.
Quand se mele l'ange de langue
chavire et salive, souffle coupé et court
mélopée de tes soupirs, chant de reine.
sous le vent, au lit, le miel se mêle le lait.

12/09/2006

11 septembre

Je ne confonds pas les pouvoirs politiques, les décisions des multinationales avec le peuple americain, les gens, les individus… on ne peut pas dire "les américains" dans n'importe quelle guerre, l'individu n'existe plus, je me pose en tant qu'individu… contre tout pouvoir qui un jour ou l'autre exigera de la viande pour ses gueguerres infantiles - islamiste ou chretiens - tout cela est infantile, detruire le jouet de l'autre, reprocher à l'autre sa propre misere, l'autre est toujours le responsable, un jour le juif, un jour l'arabe, un jour le chretien… et puispuisqu'on reste dans l'infantile, echanger ses attributs virils contre des armes, alors on parade avec des armes puisque cela fait viril! (c'est quand même toujours les mecs qui semblent avoir un problême avec leur petit zizi dont ils ne semblent pas savoir quoi faire) alors on s'arme contre l'AUTRE, on denie l'AUTRE car il ressemble tellement à SOI, et que soi on ne s'aime pas et qu'on veut tellement ressembler à l'AUTRE … c'est assez dur a expliquer, et ça resterai risible si ce n'etait pas si triste …
Ben laden, bush, de grands gamins !, on devrait juste leur donner une fessée et au lit, sans dessert.

16:30 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : 11 septembre, machisme

cyprine

Blanche goutte d'émoi
coule de ta bouche…
le goût de toi, de l'opale perle,
gourmandise lappée,
que mes papilles
la journée durant, préserve.
blanche goutte d'émoi,
de moi a toi,
léchée pour compte…

16:15 Publié dans erotisme, poesie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : poésie, érotisme

11/09/2006

les 50'

j'adore ce que la chanson française créait à cette époque là… il y avait des tas de gens qui sortaient des sentiers battus, et ils faisait chantaient la vraie vie… loin de la starac… la vie , celle qui s'apprend dans la rue…
écoutez cela… comment le dire de milles manière……
Ecoutez Colette Renard…

podcast

22:35 Publié dans miouzik | Lien permanent | Commentaires (3)

07/09/2006

amusement…

trouvé chez khate : http://le-saule-pleureur-2.blogspot.com/

Né le 25 août, mon arbre semble etre le pin
voici ce que cela dit… quelques trucs vrai, mais pas totalement…

Pin : Un protégé du pin est un cas "particulier" !
....... Il adore être entouré de personnes agréables . Il est robuste . Il sait se faire une vie confortable . Bon compagnon naturel pas vraiment agréable , il est naturel . il devient facilement amoureux mais la passion s'éteint rapidement . Tout tourne à la déception , sauf s'il rencontre son idéal et pourtant il est digne de confiance .


Et pour continuer à s'amuser, le test de "pureté"
http://www.griffor.com

je ne sait pas comment c'est calculé, mais voici mes résultats

Score : 164
Pourcentage de réponses positives : 43 %
Réponses positives sur les boissons: 16 %
Réponses positives sur les drogues : 41 %
Réponses positives sur le sexe : 55 %

Commentaires : La vie n'est qu'un vaste terrain de jeu pour vous !
Votre passé a été plein de surprises et je pense que ce n'est pas fini, loin de là !

Ben j'espère bien!!!!

10:55 Publié dans actu, sexe | Lien permanent | Commentaires (8)

05/09/2006

manque…

j'ai longtemps cherché la réalité
sur elle, je pensait n'avoir prise, méprise,
nous nous branchions multiprise
sur celle multiplex du sexe
mais manquait multiforme
moult douceur, moult baisers…

01/09/2006

oui je sais, c'est moche

l'été se termine on est en septembre (les mauvais souvenirs de l'enfance : la rentrée…)
va falloir s'y faire… vivement l'été…