Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2006

Le vent

Sous ses pas dansaient la rue, elle était comme le vent
elle glissait sur les pavé, au loin je la regardais…
son port droit, son magnifique visage, ses fines chevilles
et sa jupe qui flottait au gré de ses pas
sa beauté me coupait le souffle et je rêvais de l'embrasser,
du goût de ses baisers, de son parfum…
A ses pas s'accordaient mon rythme cardiaque
qui au bout de quelques seconde s'emballait et se figeait.
Elle semblable au vent, je gravais dans ma memoire
les boucles de ses cheveux, la dureté de son regard
et la beauté de sa souffrance… je lisas en elle sans la connaitre
sa vie, et je la désirais… je voulais qu'elle soit heureuse
je voulais qu'elle me dise tu, mais la laissait continuer sa route,
belle, trop belle pour moi…
sans qu'elle sâche qu'à chaque fois que je la croisait…
je me disais… demain…

Commentaires

je me demande maintenant si il faut se dire "une prochaine fois".....

Écrit par : missparker | 02/05/2006

je me demande maintenant si il faut se dire "une prochaine fois".....

Écrit par : missparker | 02/05/2006

Pourquoi ne nous arrêtons - nous pas pour dire ces mots? Mais non nous marchons... sans prendre le repos des mots.

Écrit par : lolo | 02/05/2006

Ces sensations ont été chantées par Brassens. Voici le poème d'Antoine Pol que Jean Bertola a mis en musique pour Brassens, ça s'appelle "Les passantes" :

Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu'on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu'on connaît à peine
Qu'un destin différent entraîne
Et qu'on ne retrouve jamais

A celle qu'on voit apparaître
Une seconde à sa fenêtre
Et qui, preste, s'évanouit
Mais dont la svelte silhouette
Est si gracieuse et fluette
Qu'on en demeure épanoui

A la compagne de voyage
Dont les yeux, charmant paysage,
Font paraître court le chemin
Qu'on est seul, peut-être, à comprendre
Et qu'on laisse pourtant descendre
Sans avoir effleuré sa main

A la fine et souple valseuse
Qui vous sembla triste et nerveuse
Par une nuit de carnaval
Qui voulu rester inconnue
Et qui n'est jamais revenue
Tournoyer dans un autre bal

A celles qui sont déjà prises
Et qui, vivant des heures grises
Près d'un être trop différent
Vous ont, inutile folie,
Laissé voir la mélancolie
D'un avenir désespérant

Chères images aperçues,
Espérances d'un jour déçues
Vous serez dans l'oubli demain
Pour peu que le bonheur survienne
Il est rare qu'on se souvienne
Des épisodes du chemin

Mais si l'on a manqué sa vie
On songe avec un peu d'envie
A tous ces bonheurs entrevus :
Aux baisers qu'on n'osa pas prendre
Aux cœurs qui doivent vous attendre
Aux yeux qu'on n'a jamais revus

Alors, aux soirs de lassitude
Tout en peuplant sa solitude
Des fantômes du souvenir,
On pleure les lèvres absentes
De toutes ces belles passantes
Que l'on n'a pas su retenir...

Sinon, merci d'être passé chez moi !

Écrit par : gazelle | 03/05/2006

je passe juste comme ça te lire et te faire une bise

Écrit par : kylia | 03/05/2006

effectivement je connait cette chanson, je ne m'en suis pas inspiré… mais j'ai ressenti ces émotions là… et j'adore brassens et la justesse de ses mots…

Écrit par : yoyostereo™ | 03/05/2006

Je serais tentée de dire "pourquoi remettre à demain...", mais le désir ainsi ressenti est particulier et fort.
Merci pour ton passage. Je viens découvrir tes écrits, certains donnent chaud ! :-)

Écrit par : Pralinette | 03/05/2006

Ah! Si seulement, il m'avait parlé! ;o)

Écrit par : Ardalia | 03/05/2006

"vous qui passez sans me voir...
sans même me dire bonsoir..."

et si un jour on osait... dire ce que l'on ressent sans peur de l'après...???

Écrit par : Tina | 05/05/2006

il faudrait! bien sur! parfois si je suis sensible à la beauté d'une femme dans le metro par exemple, je lui dit, et je m'en vais pour ne pas la gêner, avant je n'osait pas, maintenant je me dis qu'il n'y aucun mal à faire plaisiret à adresser un compliment à une inconnue si c'est sincère…

Écrit par : yoyostereo™ | 05/05/2006

C'est drôle, j'ai mis en ligne une chanson qui s'appelle le vent... je te l'envoie.... xxx dfp.

Écrit par : dfromparis | 05/05/2006

très belle attitude yoyostereo... j'aime beaucoup les petites choses gratuites ... continue... je parle au nom de toutes les inconnues qui auront la chance d'en bénéficier...

Écrit par : Tina | 05/05/2006

D'accord avec Tina. J'apprécie toujours beaucoup les gentils compliments gratuits des gens que je croise: les hommes, mais aussi les vieilles dames, les jeunes mamans...
Ca ne coute rien et ca redonne le sourire.

Écrit par : baba | 06/05/2006

Beaucoup d'émotion et de poésie.Très beau!

Écrit par : cristina | 07/05/2006

Et arrive le printemps qui pousse ces messieurs à oser la petite note galante, le compliment gratuit, la fleurette de saison, quand je pense que certaines haussent les épaules et détournent leurs hautains talons! "Cueillez, cueillez votre jeunesse" qu'il disait ;+)

Écrit par : Slanka | 08/05/2006

pourquoi ne pas l'accoster? la vie est si courte...
bisous de Baltimore

Écrit par : celine | 08/05/2006

C'est inspirant l'amour...

Écrit par : Gitan sans filtre | 08/05/2006

avant tout, juste une remarque, quelque chose qui me dérange: a la 1ere personne du singulier (donc avec "je") il n'y a pas de "t" mais un "s". Disons que ça fait un peu tâche dans un texte joli comme ça.

Sinon je trouve que t'as bien raison de parler à des inconnus, les gens sont si fermés à notre époque!

Écrit par : The venomous Doll | 08/05/2006

Bof, ne t'inquiète pas, il y a des choses qui font tache avec accent, et d'autres sans...

Écrit par : Ardalia | 08/05/2006

très joli texte, il faut se parler, se regarder, oui , bises @+

Écrit par : if6 | 09/05/2006

d'accord^^ mais dans ton commentaire j'ai déjà repéré 3 fautes^^

ce n'est pas grave.

Écrit par : The venomous Doll | 09/05/2006

Elle marchait devant moi, elle sautillait légère et parfois on ne la revoit pas.
Bonne soirée.
Marie

Écrit par : Marie | 10/05/2006

Si ce n'est pas grave, Doll, pourquoi en faire mention aussi lourdement ?

Écrit par : baba | 10/05/2006

parce que ça ôte toute la saveur et que les fautes c'est quelque chose qui m'encrasse les yeux tout simplement, là ce n'est aps grand chose mais quand on regarde ce que devient l'orthographe de nos jours avec le language abrégé...moi il me faut presque 10 minutes pour comprendre une phrase au final.
Je pense pas le mentionner "lourdement".

Écrit par : The venomous Doll | 11/05/2006

Les commentaires sont fermés.