02/05/2010

Nuit noire

De ses silences qui me tailladaient
la peau, tels une lame de rasoir
jaillissait la nuit noire du monde.
La glaciale obscurité de son absence
je me sentais tout con. vide.
inutile.
J'assiste aux funérailles de mon cœur,
sacrifié, immolé, brûlé.
je relis les jours anciens, d'illusions.
je n'avais pas cru n'avoir jamais existé
ni pensé que dès l'aube, la nuit était déjà là.

11:01 Publié dans poésie, poesie | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Comme c'est difficile quand on doit faire face à la défaite. Tu l'as bien exprimée et je pense que l'on est tous passés par là...

Écrit par : elisabeth | 03/05/2010

Répondre à ce commentaire

tu l'as fait
et bien fait
et puis arrive un jour le vent
bises

Écrit par : jeanne | 21/05/2010

Répondre à ce commentaire

L’espoir est la seule maladie dont on ne guérit jamais.
(légende Thailandaise).
Tu es lu et tu es là.
Tel que tu es, merci d’être parmi tous, parmi nous.

À bientôt

Écrit par : Pascal | 07/06/2010

Répondre à ce commentaire

Le soleil revient.. toujours .

Écrit par : Annel'eau | 15/06/2010

Répondre à ce commentaire

horreur absurde des silences qu'on nous impose quand nous attendons encore et encore la chaleur de la parole aimée

Écrit par : framboisine | 26/08/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire