Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2008

1985

Sa voix pensait mes blessures,

s"enroulait autour de mes plaies,

et s'envolait la conversation.

Ignorant des lendemains chacals,

je dévalais alors la montagne

cailloux, et terre brûlé par un soleil

j'attendais encore la chaleur

de sa voix, et.

Sa brune parole,

mes balbutiements

mes hésitations,

 

mon silence

 

Ses lèvres arc gothiques.

cet été là, crevait en plein cœur.

Ses mots de la couleur

de nos baisers,

sa langue ailée de papilon.

ses mots jetés au ciel.

Sa voix chantait mes blessures

et.

Brune.

23:18 Publié dans poésie, poesie | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

tu nous reviens tout en nostalgie, dis moi
Qui est cette brune qui te murmurait des chants d'un autre univers ?

Écrit par : Vallisnéria | 02/09/2008

Cet été là fût chaud pour tout le monde on dirait...

Écrit par : nana de noailles | 02/09/2008

nostalgie qui surgit après l'été? As tu croisé quelqu'un qui a fait ressurgir ces mots?
plein de baisers
Armandie

Écrit par : armandie | 03/09/2008

Ah... 1985 !!
Merveilleuse année ! N'est-ce pas ?!
C'est celle de ma rencontre avec l'homme dont je suis tombée amoureuse...
Bises

Écrit par : Foldenvy | 03/09/2008

Il n'est jamais trop tard pour visiter de beaux endroits et tu es tout jeune amitiés

Écrit par : mamita | 03/09/2008

Je n'ai pas de souvenir particulier de cette année 1985 mais je vois que pour toi ce n'est pas pareil... Souvenirs encore tout chauds... Bonne soirée.

Écrit par : elisabeth | 03/09/2008

Il y a comme ça des années brûlantes... Moi c'était 1983 !

Écrit par : gazelle | 05/09/2008

Il y a des voix comme ça, qui nous guerissent du passé dans leurs bras...

Écrit par : Dana | 05/09/2008

La nostalgie me touche toujours autant, surtout ciselée ainsi... des mots justes, pas juste des mots.
L'émotion.
Merci

Écrit par : Cara Mia | 06/09/2008

Les commentaires sont fermés.