Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2008

Vulgaire

Un certain Nicolas sarkozy…

21/02/2008

Offrande

et moi je n'ai plus la force d'attendre…
je suis comme un fruit trop mur, prêt à exploser, dont le suc coule déjà…
la peau tendue à craquer…
la pénombre de la chambre ou tu m'attends te protège encore.
je sent ta chaleur, à peine ai-je ouvert la porte…
ton parfum, l'odeur de ta peau.
je veux te faire tout ce que tu veux et j'exige que tu me fasse tout ce que je veux.
je te veux offerte.
je me veux offrande.

En m'attendant, tu te caresses… je le déshabille en t’observant.
je t'offre ce bandeau, tu le mets, et je laisse ton corps tendu m'appeller,
je laisse ton corps sous tes caresses, en manque de mes mains.
Impatient de jouir de toi. je suis dur.

Attentif à ton souffle, le parfum de ta peau qui m'envoie des signaux.
tu vais gardée ton corps sage jusqu'à là… je déboutonne cette chemise
que tu a gardée comme seul vêtements… je caresse tes bas…
je laisse à plus tard ton sexe chaud et offert.
Le regarde et l'admire dans la pénombre il brille de ta cyprine.
je te demande de venir à moi.

Je t'embrasse presque sans te toucher…
Impérieux est l'envie qui me devore,
en prennant le temps, il n'en sera que meilleur .
ma bouche, ma langue te goûte, vient à ta rencontre.
nous ne nous connaissons pas et nos corps se découvrent…
ma peau ne fait que t'effleurer.
tes doigts cherchent mon pénis, je te l'offre et te le refuse,
ta bouche glisse sur mon ventre.

Caresses toi de ta main libre… Je le veux.
que tes levres humides et chaudes décalotte, écossent mon gland
doucement. que le velours de cette langue me brule et me bouleverse…
je voudrai couler dans ta gorge, je me retiens, j'attands que tes doigts arrachent un soupir.
je sent alors ta bouche devenir fiévreuse.
Ne pas jouir en ta bouche, je te pousse sur le lit. j'attrappe a pleine bouche les levres de ton triangle broussailleux,
m'égare dans la délicieuse forêt et plonge dans le nectar une langue gourmande.
J'attrappe ton clito, tes levres, je mord, je leche, je pourleche…
je bois ce miel qui sort de toi, je caresse tes seins, et je broie
tes fesses, la soie de tes bas crisse contre mon oreille. mes mains
dessinent sur tes jambes des gestes empressés…
je veux jouir, je veux ta jouissance. j'attrappe tes reins.
je t'aggrippe. je te monte, t'empale. Cogne contre le fond de ta caverne.
Cogne, me retire et perce l'entrée, frotte mon gland contre ton bouton.
je viens encore plus loin, je me sent prêt à éclater.

Nos corps transpirent, je leche les gouttes de sueur qui coulent sur tes seins, je les gobes, je les bois, je mange ces tetins… nos ventres se heurtent, nos pubis dansent…
je te sent venir et ton souffle se mele au mien.
Plus profond, plus loin en toi. je veux me fondre et devenir ton plaisir. encore.
Mon sexe-fruit n'en peux plus, il va éclater, exploser, se dissoudre…
ma seve explose et mon plaisir dure, et je cherche a faire revenir le tien, a le reveiller. quelques secondes, quelques nano secondes ou nous ne sommes plus qu'un feu d'artifice.
Tu peux me faire tout ce que tu veux.

14:15 Publié dans erotisme, sexe | Lien permanent | Commentaires (9)

16/02/2008

c'est pas moi qui le dit… essai d'une critique raisonnée de blog…

Un robot qui criitique vos blogs, ça valait le coup d'essayer… voici ce que Lisabuzz.com parle de Riddims : Bien que Riddims soit signé Yoyostereo™, on a du mal à croire qu'une telle merveille puisse être le produit du travail d'une seule et même personne, tant ce blog est riche, complexe, troublant comme un impromptu de Schubert. Je ne doute pas que Riddims soit dédié aux internautes les plus intelligents, exigeants. Comme diraient les écossais : A masterpiece !

 Si cela vous amuse :http://blog.lisabuzz.com

Etonnant non? 

23:10 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (8)

13/02/2008

Sancreu ni taitre.

Soliquante ! Maravent tournée vers les lontagnies gels
tournelune le gireciel, givresse la foraippesse.
J'avrisonne la bovée cendrelasse, ma chagrain
noix-de-journel lovesfiare d'une pierre d'intençité.
De cette malagresse solglabe, d'une éfidente ovédité
le graile perain et la molinette ratorgée.