Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2007

chaviré

j'en ai fini avec le désespoir, avec l'attente
ce monde ira à vau-l'eau sans moi…
Au diable les fatalités, l'irrémédiable !
Je ne prends que l'or des murs
les veines des pierres,
je lit l'histoire sur les murs .
Mes pas glissent sur les avenues
je cherche des sourires.
je vais là ou me portent mes rêves.
La ville comme un écrin.
Les rues comme terrain de jeux
Je serre des corps chauds et tendres
et j'embrasse les passantes.
Leur chante des mots chavirés,
charme leur corps, décore
l'instant leur vie..
Paris ne sera plus jamais gris
j'y cherche des sourires.

Commentaires

je pense souvent que l'on reçoit et donne plus de "sourires" par blogs que dans la rue ! et c'est dommage
.......de là, à embrasser le premier venu ........

Écrit par : véron | 28/03/2007

il ne s'agit pas d'embrasser le premier venu, on peut aussi embrasser du regard, et en pensées… c'est une image…

Écrit par : yoyostereo™ | 28/03/2007

Avec ces quelques beaux jours de printemps, les sourires refleurissent eux aussi, j'espère que tu trouveras celui que tu cherches ......... A+

Écrit par : Zezette | 28/03/2007

j'aime les sourires de ton poeme


biz

Écrit par : monette | 28/03/2007

On ne voit jamais que ce qu'on veut et le sourire est une arme fatale à laquelle personne de résiste. Alors double bravo, pour le contenu et la forme!

Écrit par : Aude | 30/03/2007

j'ai marché près de toi dans ces rues parisiennes...tu m'y remmèneras?

Écrit par : lilie de la mirlitantouille | 03/04/2007

Les commentaires sont fermés.