Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2006

Eau vive

Lorsque je te donnais ces baisers là,
je songeais à l'eau d'un ruisseau,
à ces torrents dévalant les monts.
Ta langue douce et fraîche.
Je fermais les yeux.
J'étais un cailloux
dévalant le cours de l'eau
emportée par le courant…
Ton corps était eau vive
coulait entre mes doigts,
et, il me coûtait de ne plus
me rafraîchir à tes baisers.

Commentaires

Moi, j'adore les baisers, et ton poème est vraiment inspiré !
Magnifique !

Écrit par : gazelle | 14/05/2006

Vive les baisers, le ciel de la vie !

Écrit par : MarianneKipleur | 14/05/2006

C'est marrant en lisant ton poème, j'ai ressenti un écho, un peu comme la madeleine de Proust, me ramenant aux débuts de mes amours avec mon amoureux.... C'est toujours vivant... Merci.

Écrit par : nathalie | 14/05/2006

C'est très joli... on s'y croirait dans ce doux baiser ;-)

Kiss

Écrit par : Artemisia | 16/05/2006

Femme fontaine, femme eau vive... ça fait du bien de voir que nous pouvons être vues autremement que comme la nuit, l'obscur, etc... Merci.

Écrit par : Ardalia | 22/05/2006

femme fontaine?

Écrit par : yoyostereo™ | 22/05/2006

Les commentaires sont fermés.