Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/07/2007

juin76

j'ai fait vœux de ne jamais toucher à une arme, de ne jamais porter d'uniforme, de ne jamais marcher au pas…
Il y avait encore le service militaire… j'avais ma degaine de bab, cheveux longs, des nattes, tunique indienne violette, colliers, bouche d'oreille, khol sur les yeux…
tout a fait le look qu'apprecie l'armée française… ils m'avaient appelé à servir sur les drapeaux…
Hors de question que j'apprenne comment tuer, hors de question qu'on manipule mon esprit, une alternative… l'objection de conscience, tres mal vue à l'époque et qui pouvait mener droit en prison… mes potes avaient eue différentes tactiques pour échapper à un an de service militaire, je devais trouver la mienne…
D. etait resté plusieurs mois sans parler, apres sa reforme, il continua a ne pas parler, des copains étaient arrivés grillés, d'autres avec des papiers médicaux…
J'étais déterminé… je n'y arrivais pas ? pas de problême je montais aussi sec un syndicat de soldat…
UN beau jour ensoleillé de juin, j'allais donc à la caserne de Vincennes, à côté du château, je garais ma mobylette et je pénétrais dans l'antre du diable…
Je m'étais composé un joli personnage, un juin de canicule… j'avais un grand manteau de type trench coat, boutonné jusqu'au col, une echarpe avec des motifs panthere que je portais tout le temps, un ours en peluche qui depassait de ma poche, et j'affichais un regard fixe et pénétrant (mes beaux yeux vert clairs sont parait-il déjà impressionnants) donc je les tenaient écarquillés en permanence, je marchais d'un pas raide et tous mes gestes l'étaient aussi… je pris le dossier que l'on me tendait d'un geste raide, le rempli en essayant de voir si ej pouvais continuer de composer, je ne repondis pas n'importe quoi, mais exagerais certaines choses; je passais les tests, et à al fin demanda a voir le psy…
il me posa certaines questions, j'étais drogué, naturellement je buvais et avais tenté de me suicider plusieurs fois…
tout ceci avec les yeux éqarquillés, mes gestes raides et saccadés, cela dura en fait deux jours…
lorsque je repartis, assez fatigué de tout cela j'avais gagné ma réforme et ma liberté…
je passais l'année qui suivi a faire la fête… l'année qui fut celle de la punkitude.

22:45 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (11)

Commentaires

Tu as bien fait :D

Écrit par : val | 20/07/2007

Sourire pour l'ours en peluche.

Et tu as raison pour les yeux, à bien regarder ils sont vraiment vert clair ; )

Bises.

Écrit par : Dana | 20/07/2007

Et objecteur de conscience, cela ne te tentait pas? La vérité ne vaut-elle pas mieux que le mensonge...mentir c'est manquer de respect aux autres mais surtout se manquer de respect à soi même et dire la vérité c'est faire preuve de courage...n'est-ce pas? ;-)

Écrit par : enriqueta | 20/07/2007

des yeux vert clair et un ours dans la poche...
tu m'as taguée, c'est du propre!
bise
lili

Écrit par : ulyssa | 21/07/2007

Concours Roxy: "and the winneuse is..."!

Écrit par : Mabile | 21/07/2007

En 1963, Gazou est passé par le même endroit que toi à Vincennes. Il était "fiché" car étudiant syndiqué.

Il a tout de même évité l'Algérie, et après 6 mois d'armée, il a réussi à partir en tant que coopérant au Cameroun, où il a fait le prof durant les 9 mois restants.

Un de ses neveux l'a jouée tout comme toi, et a été réformé. Tandis que son frère qui a une déficience mentale réelle a été pris !!!

Vive les psys !!

Bonnes vacances, bises.

Écrit par : une revenante | 21/07/2007

Quelle histoire !!! Je te vois bien faire le retardé mental.
Bon week end.

Écrit par : elisabeth | 21/07/2007

Je souris...ça me rappelle quelqu'un...Mais lui a du tenir quasi un mois en hop psy...mais ça valait bien ça pour éviter les 16 mois qu'il devait faire...
Le nounours m'a bien fait rire...

Écrit par : saphro | 30/07/2007

et fier avec ça ?
le côté "rebelle" à une certaine forme d'ordre, c'est "in" ? Objecteur de conscience, effectivement, ce fût nettement plus cohérent mais aussi vraiment exigeant pour soi-même.
Tel comportement pour l'époque marquait un soin terrible à vouloir "marcher au pas", respecter la cadence des masses estudiantines bien bien manipulées, droguées, larguées. En aucun cas, ce ne fût pas une liberté. Quelle bravitude !!

A vous la réforme, à d'autres la contre-Réforme. On ne sait plus à quel joint se fier.

Écrit par : okmonkey75 | 12/08/2007

je suis d accord avec le fait que lq rebellion semble devenu une forme de conformisme, mais ce n est qu une apparence, je n etais pa etudiant a cette epoque la, seulement en recherche de ce que je deviendrai, et ma resistance a l uniforme, a l armee est toujours d actualite. je ne recherche pas le "in" et je n ai jamais regrette ce que j ai fait, seulement d avoir perdu du temps dans mes errances.

Écrit par : yoyostereo en italie | 13/08/2007

un peu de comedie ne fait pas de aml quant il s'agit de choisir de rester soi meme !!!!
le serv militaire aurait du etre un choix,
je ne supporte pas les choses imposées, que l'etat nous impose (que ce soit dans notre nourriture, dans notre facon de vivre ect )
alors moi, je te dis : bravo !
hihi !!

Écrit par : sandyneige | 24/08/2007

Les commentaires sont fermés.