Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2007

Mendiants

Ou sont les consciences ?
dénonçant les mensonges
ignobles des religions.
Nous sommes des mendiants…
Oh! Elevation,
ne quitte pas mon âme
Nous sommes des mendiants…
Les marchands de vent,
ces ridicules terroristes
lâches et sans cervelles,
commenttent le Hold-Up planétaire
se mentent et nous mentent,
et nous volent nos rêves.
Ou sont les consciences ?
A offrir, notre siècle n'à rien d'autre
qu'exils et soft-tyrannies de
Télés dictatoriales et journaux
d'encres blanches antipathiques.
Fascisme émotionnel de la mode
Total fascisme
Al-Qaida fascisme
Dior fascisme
Vatican fascisme
MacDo Uber alles.
Au delà, rien, le vide,
nos âmes s'envolent
ballottées par vents
Artfices et Illusions…
Pourtant nos ventres pétris
de désirs insatisfaits,
en quête d'infini, de vertiges.
Ne pourront êtres contenus
ne pourront êtres encadrés
ne pourront êtres statistiques
ne pourron êtres contrôlés
l' ivresses de nos baisers
échapperont aux marketeurs,
Nous glisseront entre leurs doigts.
Nous sommes des mendiants
Nous en mendions de l'amour !

17:00 Publié dans actu, poesie | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Tout fascisme alors ? Je ne le pense pas, simplement parce que nous avons le choix, nous avons toujours le choix que cela concerne le Mac Do, le Vatican, la Mode ou le reste.
Tellement de mots dans tes poésies, tellement de mots bien choisis. Bonne soirée, peut-être devant la télé (fascisme aussi ? ;-)

Écrit par : Marie Bland | 12/04/2007

L'espoir que l'amour puisse sauver nos âmes perverties par une société de consommation qui véhiculent des valeurs qui nous aliène...je crains d'être bien plus pessimiste que vous...pour ne pas dire réaliste...mais à chacun son vécu et à chacun ses croyances...j'honore les vôtres...

Écrit par : noir intense | 12/04/2007

Il est vrai que la vie c'est pas forcement du manicheisme, ce'st une poesie que je poussait, il est vrai à l'extreme car parfois le desespoir ou même l'espoir peut l'être… Le choix et le libre arbitre est là et c'est en effet ce qui nous différencie, je crois, nous déocrates, libertaires, epicuriens des fascistes, des idéologies totalitaires… je me pose des qestions, je n'ai pas de réponses, j'essaie juste d'exprimer un ressenti que souvent je ne comprends pas…

Écrit par : yoyostereo | 12/04/2007

Eros uber alles...
saut toi.

Écrit par : azazel | 12/04/2007

Oui Yoyo, tu es épicurien, libertaire, démocrate, ouvert à la vie... Un homme plein d'espoir et d'envies.

Et oui cet espoir et cette envie sont certainement poussés à leur extrème ici, mais c'est en toi malgré tout.
Et c'est beau Yoyo, tout ce que tu dévoiles. Ton amour de la vie, c'est ton moteur, c'est ta sensibilité, ce qui te fait avancer, ce qui fait que tu exprimes si bien les choses dans tes textes et tes poésies.

Ce sont des sensibilités de ton acabit qui nous ouvrent les yeux sur ce qui nous entoure et qui nous rappellent ce qui est important : vivre, aimer et être aimé. C'est tout. Pas besoin d'autres artifices. Le reste n'est que de la poudre aux yeux.
( Poudre certes agérable... J'aimerais bien me promener en Dior ;-) )

Continue de douter, de te poser des questions, d'être en recherche... Tu es tellement humain et humaniste !!!

Écrit par : Elise | 13/04/2007

Heureux mendiants nous sommes
et notre conscience se niche au fond de nos poches trouées, comme du sable de misère d'espoir,
qui fuit pour laisser traces
sur le chemin des pas gelés


:)

Écrit par : Plaiethore | 13/04/2007

Bonjour Yoyostereo et vous tous,

Que te dire ! Nous ne pouvons changer le monde comme cela. Il y aura je pense toujours des bons et des méchants. Ma pensée se porte plus vers autrui qui n'a fait qu'être là au mauvais moment.

Ta poésie mériterait un long dialogue...

Je t'embrasse très fort et bonne journée à tous.

Marie Christine

Écrit par : Marie Christine | 13/04/2007

Je t'approuve et je reviendrai te lire plus tard car je file au travail.

Écrit par : elisabeth | 17/04/2007

Les commentaires sont fermés.