Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2013

Nous sommes tous étoilés, et moi laid.

10:48 Publié dans poesie, poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

mots

Les mots ne sont rien
sans les Moi à Toi
Mes Je de mots
ne valent rien sans les Nous
les mots ne sont rien
sans Et Moi Et Toi,
sans émoi mon Je ne vaut rien
sans Toi je ne suis qu'un vaurien

10:48 Publié dans poésie, poesie | Lien permanent | Commentaires (0)

25/09/2013

consumés

Vent-je heures masquées,
qu'aux temps m'importent;
qu'à lents grillés, brûlent sa vie
à ses amours consumés.

10:59 Publié dans poesie, poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

On fait comédie

2005-12-02 08.21.49.jpg


On fait comédie ?
On laisse entrer le jour
L'ennuie et sa clarté?
On laisse entrer les jeux
À genoux et se relever
Quitte à rêver ses envies.
On laisse entrer les souvenirs
À l'encrier qu'y crevent
les rêves de papiers,
Les baisers souverains
Quitte à en perdre la raison.

10:58 Publié dans poésie, poesie | Lien permanent | Commentaires (1)

14/09/2013

Si...

Si tu penses que la pluie peux stopper l'amour.
Que le soleil glace les caresses.
Que le vent efface les baisers.
Que l'orage te souffle à l'oreille des paroles d'envies.
Met tes souliers et parcours les chemins oubliés.
Les sentiers rocailleux.
Foule aux pieds les herbes folles.
Marche à travers les ronces, celles qui griffent ton äme.
Arrache à pleines mains les orties.
Sent que tu est de passage.
Si tu sent que la pluie peux stopper l'amour.
Il est temps de courir.

©IoStereo

19:38 Publié dans poesie, poésie | Lien permanent | Commentaires (3)

11/09/2013

La melodie

2013-09-11 13.42.23.jpg



Pêle-mêle, emmellés, on s'aime.
tu chantes de la Mélodie des pareils.
Pour mémo, tu m'aimais.
Jamais plus pareil moment
Ne m'enchantera.
Sans pareil.
Pour t'aimer, moi aussi
Je chantais la melodie
Des pareils.

Points

Tu ne sais pas à quel point
tu me manques. faut pas!
Point de Toi, vers moi faisant un pas,
attrapant mes faux pas,
mes pas de trop.
À l'heur que je n'y pensais point
Je t'ai laissée partir.
De râge, poings serrés,
Je n'étais de passage,
ni toi un amour de cabotage.
Pourtant, n'étais pas si sage.
Toi mon rivage, mon radieux soleil.
mon point à l'horizon
Je suis paysage désolé.
Un désert esseulé. Point


66164_158285850980814_920776341_n.jpg

15:25 Publié dans poésie, poesie | Lien permanent | Commentaires (0)