Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2013

consumés

Vent-je heures masquées,
qu'aux temps m'importent;
qu'à lents grillés, brûlent sa vie
à ses amours consumés.

10:59 Publié dans poesie, poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Ca me fait penser à du Gainsbourg.

Écrit par : elisabeth | 27/09/2013

Les commentaires sont fermés.