25/09/2013

consumés

Vent-je heures masquées,
qu'aux temps m'importent;
qu'à lents grillés, brûlent sa vie
à ses amours consumés.

10:59 Publié dans poesie, poésie | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Dziekuje za zamieszczenie notki; jest, przynajmniej ja tak uwazam, bardzo przydatna i fajnie napisana. Czekam na wiecej, bo mam zamiar stac sie stalym bywalcem tego bloga.

Écrit par : ubezpieczenia grupowe pracownicze | 26/09/2013

Répondre à ce commentaire

Ca me fait penser à du Gainsbourg.

Écrit par : elisabeth | 27/09/2013

Répondre à ce commentaire

ubezpieczenia grupowe pracownicze
> > ????

Écrit par : IoStereo | 30/09/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire