Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2008

Bas couture

A l'insolente beauté de voile brune,
écrire à mots troubles,
ivre d'une sensuelle finesse.
Rester coi, subjugué, hypnotisé…
fasciné par la femme pluie,
jambes gainées de la lumière de l'aube
Ne pas résister, à ma main
qui glisse, remontant la trame nylon
de la chevilles à ta cuisse
je rejoint la peau nue
chair dévoilée, chère rondeur
Exulter à son exitante douceur
me fait exister, me fait vivre
N'y résister, se laisser
séduire par ces bas, seconde peau
fibre qui vibre, qui me devoile
me mène et m'invite à ton petit paradis.

Commentaires

Ah, un grand classique... mille fois revisité.

Intemporel.
Magnifique.

Je file en enfiler, pour vérifier l'effet produit sur Mr Lilie.

Écrit par : lilie de la mirlitantouille | 24/04/2008

C'est beau!

Écrit par : ithaa | 25/04/2008

C'est avec des paradis comme cela, que l'on va en enfer!

Écrit par : catherine | 25/04/2008

Merci pour vos diverses visites qui me font découvrir votre "home"... beau texte sensuel... qui me remet en mémoire "L'homme qui aimait les femmes" de F Truffaut...

Écrit par : Maria-D | 29/04/2008

Très beau texte plein de sensualité. Merci.

"L'homme qui aimait les femmes", un film que j'ai vu plusieurs fois et que j'ai adoré.

Écrit par : Francoise | 29/04/2008

j'avais bien aimé ce film aussi… j'ai enfin vu les 400 coups que je n'avais jamais vu… vraiment pas mal!

Écrit par : yoyostereo™ | 29/04/2008

beaujour
comme c'est joliment dit tout cela
tout en nuance
tout en demi teinte
tout en suggestion
beau poème

pst.... m'enfin c'est pas toujours facile à porter !
et surtout
attention aux ongles mal taillés !
lol

Écrit par : rsylvie | 30/04/2008

Merci pour cet hommage, ça donne envie d'être très exigeante avec sa féminité.

Écrit par : Dana | 02/05/2008

Je préfère les mots aux nombres... qui me sont si étrangers... Merci.

Écrit par : Lingerie erotique | 11/07/2011

Les commentaires sont fermés.