Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2007

sans limite

La poussière masquait nos traces
l'ombre ne parvenait à nous rattrapper,
nous marchions si vite que nos vies s'arrêtaient là.
Tels des fantômes sans souffle, sans âmes.
la quête du vent nous menait si loin.
Nos pensées tourbillons de feux-follets,
la nuit étoile polaire guide nos pas incertains.
Vortex troubles, virages à sang écartelés,
vains degrés les rivages nouveaux,
les sables émouvants jusqu'aux larmes.
Nous émergions neufs du naufrage
en reculant d'autant nos horizons,
l'aube dévoilait nos vies sans limites.

15:28 Publié dans poesie | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Marcher, repousser les limites, croire encore, tomber parfois, s'écorcher, faire naufrage, trouver la force de remonter des vagues et continuer. La vie...

Écrit par : delphinium | 30/05/2007

le poete que tu es a encore bien ecrit

Écrit par : monette | 30/05/2007

Les commentaires sont fermés.