Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2006

Une brune dans la brume

elle était magnifique, peuplent encore mes rêves
ses yeux verts et sa chaude voix.
Celle à qui je vouait mon existence n'est plus
qu'une brune dans les brumes du souvenir.
Illuminée par la brillance de son esprit
sa froide beauté, l'or de ses yeux, ses mots…
J'admirai sa force et aimait ses faiblesses,
ne voyant sa souffrance ni ses maux
dont je ne comprenais la source,
sa brillante destinée réduite à peau de chagrin…
A deux nous aurions été somptueux
mais j'étais aveuglé par ma propre misère
et je ne voyais que les apparences…
malgré mon amour sans limite
malgré mes mots, malgré ma peine
je la laissait partir vers ses châteaux hantés.

Commentaires

Merci de votre fidélité et de votre commentaire. Heureusement que nous ne pleurons pas souvent sinon il faudrait se faire soigner....
Bonne continuation.

Écrit par : elisabeth | 23/05/2006

Merci, encore une fois, de ce très beau texte !

Écrit par : MarianneKipleur | 24/05/2006

J'aime beaucoup ce que tu écris...

Écrit par : sekhmet | 28/05/2006

Salut, Yoyo!
Les mots ne suffisent pas pour retenir l'être aimé, surtout celle-là, ta bien aimée qui a une beauté froide!

Écrit par : Bona | 31/05/2006

Les commentaires sont fermés.